Les luthériens et le Vatican prévoient une cène œcuménique

i
© Istock

Les luthériens et le Vatican prévoient une cène œcuménique

9 novembre 2017
oecuménisme
Une déclaration commune entre luthériens et catholiques, publiée à Genève dans le cadre du jubilé de la Réforme, donne l’impulsion pour approfondir l’unité entre les deux confessions.

Le signal est donné pour une cène commune. Le souhait de nombreux luthériens et catholiques qui aspirent à partager leurs célébrations eucharistiques à une même table devrait finalement se réaliser: ce sera là «l’expression concrète de la pleine unité», peut-on lire dans une déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) et du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, publiée à Genève à l’occasion du jubilé de la Réforme. La compréhension de l’Eglise, de l’eucharistie et du ministère doit être revue «pour aplanir les différences subsistant entre nous».

Ceci dit, le document n’a pas précisé de cadre temporel pour le dialogue théologique qu’il annonce. La compréhension différente du ministère de pasteur protestant et de prêtre catholique romain a jusqu’à présent représenté le principal obstacle à la célébration d’une cène commune entre fidèles des deux Eglises.

La perspective œcuménique du 500anniversaire de la Réforme est une autre des «bénédictions de cette année de commémoration», poursuit la déclaration. Elle donne l’impulsion d’un engagement pour l’approfondissement de l’unité luthéro-catholique. En 2017, le dialogue international entre catholiques et luthériens revient sur 50 années de travail ininterrompu qui a produit de grandes avancées telles que la «Déclaration commune sur la doctrine de la justification» ou bien le rapport «Du conflit à la communion». Tout cela a accru la compréhension réciproque et entraîné «l’identification d’accords théologiques décisifs».

Une communion croissante

La FLM et le Conseil pontifical ont évoqué le souvenir de la commémoration de la réforme célébrée en octobre 2016 avec le pape François, dans la ville suédoise de Lund. Les hauts responsables des Eglises luthérienne et catholique avaient alors reconnu leur responsabilité pastorale commune, celle de répondre à la douleur de tous ceux «qui partagent leur vie tout entière, mais ne peuvent pas partager la présence rédemptrice de Dieu à la table eucharistique».

La perspective œcuménique du jubilé a «permis de poser un regard neuf sur les événements du xviesiècle qui ont conduit à notre séparation», ont déclaré la FLM et le Conseil pontifical: «Nous reconnaissons que, si le passé ne peut être changé, son influence sur nous aujourd’hui peut être transformée pour devenir l’impulsion d’une communion croissante et un signe d’espérance pour le monde, qui doit surmonter la division et la fragmentation. Une fois encore, il apparaît clairement que ce que nous avons en commun est bien plus grand que ce qui nous divise encore.»

La Fédération luthérienne mondiale est une communion mondiale d’Eglises luthériennes. Fondée en 1947 à Lund, en Suède, elle compte depuis 145 Eglises membres, qui rassemblent plus de 74 millions de chrétiens répartis dans 98 pays du monde.