Pas fini de travailler, mais avec des projets partagés

Pas fini de travailler, mais avec des projets partagés
i
Pas fini de travailler, mais avec des projets partagés
Pas fini de travailler, mais avec des projets partagés

Pas fini de travailler, mais avec des projets partagés

13 septembre 2019

Septembre nous tient en alerte, et la rentrée a été prenante : pas de pause ? On en reparlera… mais d’abord on doit confirmer qu’il n’y a pas d’échappatoire à notre activité et que, malgré tous les échecs et blocages de ce monde, ce n’est «pas la fin du monde !» – Jésus dixit ! Ce monde est une bonne création, merci pour elle : et tenons ensemble le cap des projets qu’il exige !

«Ne flippez pas : les blocages, ça existe, mais ce n’est pas encore la fin du monde… Ciel et terre vont certes disparaître, mais pas mes interventions !» (Marc 13,7 et 31) Et ces interventions de notre thérapeute Jésus nous font persévérer dans l’activité, malgré les blocages, mais cette fois sans rêver d’une échappatoire pour les éviter : au contraire, persévérons, partageons l’effort les uns et les unes avec les autres, menons des projets en commun, coordonnons nos ressources pour résoudre les blocages de ce monde. Puisqu’il y en a, inévitablement !

Les Eglises proposent en septembre de dire merci pour ce monde créé, oui, et cela malgré toutes les traces de vide et de néant qu’il contient encore, les morts et les échecs à traverser. Pas de panique, mais pas d’illusion non plus : «ne flippez pas !»

Partagez plutôt les projets, les activités, le travail : ne jouez pas en solitaires, et ne vous laissez pas mettre en opposition les uns avec les autres par des acteurs cherchant à profiter d’un point mort !

Nos activités ne sont donc plus simplement une façon de gagner notre pain et de nous en tirer à plus ou moins bon compte avec nos horaires et nos revenus : car le monde mérite mieux, et il n’est «pas encore fini !» Réfléchissez à votre travail comme élément d’un effort collectif, comme une persévérance où ensemble nous tenons bon, les uns, les unes avec les autres.

Notre monde est un cadeau, mais aussi un mandat : on y peut beaucoup, mais en outre on doit pouvoir ! Et Jésus intervient pour nous permettre de pouvoir, justement, en nous accueillant mutuellement. Interventions qui, dit-il, «ne disparaîtront pas !» Malgré ce monde dont les formes figées, terre et ciel, finiront par disparaître !

La première chose qu’il vient nous dire, c’est que notre place au soleil est gratuite, que nous en avons une, chacune et chacun, et que les blocages ne viennent pas d’en haut. Du coup, cessons de nous battre pour nos activités, elles ne sont plus non plus nos propriétés privées, mais un bien-être servi en commun… pour le temps qui nous reste et où ensemble nous nous projetons.


(Projets d’automne n° 2 = page 19 du blog «Laisser travailler la vie»)