Nouvelle loi pour abattre les loups

i
[pas de légende]

Nouvelle loi pour abattre les loups

10 mai 2019

« L’homme est un loup pour l’homme, tu parles ! » Le loup, lui, ne chasse pas pour son profit. Il ne bâtit pas des murs ni ne fait des lois pour exclure tout ce et tous ceux qui pourraient porter atteinte à sa soif de richesse et de réussite. Le loup, lui, se ménage un espace de survie, il prend soin de sa meute. Il tue pour manger, pas pour s’éclater, « faire du sport » ou se donner le frisson de sa toute-puissance. Non, l’homme n’est pas un loup pour l’homme, parce que l’homme, l’être humain, n’est pas souvent digne du loup. L’homme est moins noble, moins élégant, moins libre que le loup. L’homme est moins fier, moins capable de donner sa vie pour préserver les siens. L’homme se dit arrivé au sommet, l’être le plus abouti et le plus intelligent de la Création, et pourtant il traîne avec lui ses peurs ancestrales ! La peur du loup, c’était au Moyen-Âge, quand même ! Alors aujourd’hui… Quant à la Création dont l’homme se vante d’être le centre, il est entrain de l’anéantir, peu à peu, parfois bruyamment, mais souvent sournoisement, en silence, l’air de ne pas y toucher. L’homme est un monstre pour le loup, ça oui ! Et un monstre pour l’autre homme, hélas, trop souvent. L’homme ne se rabaisse pas au niveau de l’animal, non : souvent il va bien plus bas, très bas. L’homme va jusqu’à la boue lorsqu’il n’est pas relié vers le haut, relevé par des valeurs et une spiritualité qui soit aussi une éco spiritualité. Et pourtant c’est tellement urgent ! Alors au lieu de faire enfler la peur du loup, la peur de l’autre différent, la peur de perdre, ce serait bien de regonfler notre dignité humaine, notre responsabilité individuelle et collective de la Création et du vivant. Il serait temps !