L’Eglise, en quête d’avenir et de sens

Pixabay / L'Eglise a besoin de sens
i
Pixabay
L'Eglise a besoin de sens

L’Eglise, en quête d’avenir et de sens

22 mars 2021

Comme d’autres, l'Eglise réformée vaudoise est contrainte de changer. Ceci n’est possible que dans des relations respectueuses, aussi bien des ministres et des laïcs que des autorités de l’Eglise. Ces dernière ont besoin d’être soutenues pour faire leur travail.

 

Une place prioritaire doit être donnée à la dimension théologique, la question du sens. Celle-ci est malheureusement quasi absente du programme de législature du Conseil synodal[1]. Elle est pourtant fondamentale pour une Eglise. Elle ne devrait pas simplement consister en un discours abstrait, détaché du réel. Comme le proclame l’Evangile de Jean, « la Parole a été faite chair »[2] : en Jésus, Dieu nous a rejoints dans toute notre humanité. C’est dans nos choix concrets que se joue la question du sens !

 

S’agit-il de rechercher un changement fondé sur une stratégie séductrice, de type marketing, dans l’espoir d’avoir plus de succès ? On serait alors dans une logique « de ce monde », qui vise à faire venir « des publics cibles » à nous. S’agit-il plutôt de chercher à partager sa Bonne Nouvelle, mieux et plus largement, dans le respect des convictions des personnes que nous rencontrons ?  Cela voudrait dire nous recentrer sur l’Evangile du Christ, transmis par les Ecritures, qui doit être communiqué aujourd’hui, selon la logique de Pentecôte, dans la langue de l’autre, que nous ne pouvons apprendre que par l’écoute.

 

Comme l’a écrit Klauspeter Blaser, qui a enseigné à la Faculté de théologie de Lausanne : théologiquement et pratiquement, l’Eglise n’existe que par sa mission[3]. Autrement dit, si elle ne se préoccupe que d’elle-même, elle disparaît.

 

La fidélité au Christ et à la mission qu’il nous confie est seule porteuse d'avenir pour l’Eglise.  Celle-ci se paie cher : elle implique d'oser être les témoins d'une Parole qui met en question « les valeurs de ce monde » et en particulier la divinisation de l’argent et du pouvoir.

Soyons, ensemble, les témoins de l’Evangile !

Pierre Farron, pasteur et théologien

-------------------------------------------------

[1] 04.0 Programme de législature 2020-2024 - Rapport du CS

[2] Jean 1, 14

[3] Signe et instrument, approche protestante de l’Eglise, Ed. Universitaires Fribourg 2000. Un petit livre vraiment remarquable, très accessible.

partager ce contenu reformes.ch sur Facebookpartager ce contenu reformes.ch sur Twitterpartager ce contenu reformes.ch par email