Sur un air de tentation

i
© istock

Sur un air de tentation

Violence
Un des succès emblématiques des Rolling Stones porte un titre provocateur: Sympathy for the Devil. En français, «compassion» ou «sympathie pour le diable». Parmi tant d'autres, ce titre illustre la capacité inégalable de la symbolique chrétienne à marquer la musique rock bien au-delà du cercle des Eglises.

Depuis des décennies, le chanteur Mick Jagger, âgé de 75 ans, commence les concerts du plus célèbre groupe de bluesrock au monde par un morceau qui fut enregistré pour la première fois quelques jours après Mai 68 : Sympathy for the Devil. La stabilité de son orchestration, portée par un rythme de samba, génère une extraordinaire puissance d’envoûtement. L’icône du rock britannique prononce, en anglais, les paroles du premier morceau de ses concerts sous la forme d’un discours du diable : «J’ai volé à beaucoup d’hommes leur âme et leur foi. J’étais là quand Jésus-Christ eut son moment de doute et de douleur. J’ai sacrément assuré que Ponce Pilate se lave les mains et scelle son sort.» Abordant le point de vue du tentateur, ces paroles ne manquent pas de conformité au récit biblique. On peut se demander si Mick Jagger ne parle pas comme un évangéliste ? Certes, l’hystérie collective sous l’effet des stupéfiants lors des premiers concerts des Rolling Stones conduisit de nombreux chrétiens à identifier leur rock à une musique satanique.

Jusqu'à l'irréparable

Ces débordements devinrent dramatiques lors du festival d’Altamont, en Californie, le 6 décembre 1969, organisé à la hâte quatre mois après Woodstock. L’atmosphère devint si électrique que Mick Jagger dut interrompre le chant Sympathy for the Devil  durant de longues minutes pour lancer des appels au calme qui ne furent d’aucune utilité. Dans les instants qui suivirent, un spectateur noir apparemment muni d’une arme à feu fut poignardé à mort à quelques mètres des Stones par les Hells Angels, engagés pour assurer la sécurité. La scène fut filmée. Ces excès marquèrent un coup d’arrêt à la culture hippie des années 1960 et représentèrent un amer désaveu pour les Rolling Stones.

Pertinence théologique

Si le rock connut ses heures sombres, il reste difficile de déterminer lequel, entre l’esprit révolté de cette époque et la musique rock, entraînait l’autre dans la violence. Il n’en reste pas moins que sur deux points au moins, les paroles de Sympathy for de Devil sont théologiquement intéressantes. Tout d’abord, le récit de la mort du Christ se prolonge en relatant des événements politiques, toujours placés dans la bouche du diable: «J’étais dans les parages à Saint-Pétersbourg… J’ai tué le tsar et ses ministres…», suivis du célèbre «Je me suis écrié qui a tué les Kennedy?».

« Le rock authentique n’oublie jamais les tentations qui taraudent l’âme humaine »

La rhétorique de Mick Jagger, aux antipodes de l’esprit sectaire, relie la réflexion théologique à l’actualité politique. Enfin, le refrain souligne la subtile intrusion du mal dans le vécu humain: «Enchanté de vous connaître – dit le diable – j’espère que vous devinez mon nom. Mais ce qui vous intrigue c’est de comprendre en quoi consiste mon jeu.» Fidèle à son héritage du blues, ce rock authentique, tout en étant une musique joyeuse, n’oublie jamais les réalités émotionnelles, les douleurs et les tentations qui taraudent l’âme humaine.