FEPS: Plus de transparence pour choisir les projets

DR
i
Budgétiser en amont
DR

FEPS: Plus de transparence pour choisir les projets

Réunis en assemblée à Winterthur du 16 au 18 juin, les délégués de la Fédération des Églises protestantes de Suisse demandent un plan financier pour tout nouveau projet.

Les difficultés financières de certaines Églises, des recettes en diminution et la volonté de fixer des priorités. Ces constations ont amené le vaudois, Guy Liagre, à déposer une motion au nom des délégués des Églises membres de la Conférence des Églises réformées de Suisse romande (CER), lundi 17 juin, lors de l’assemblée de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). La requête: le Conseil de la FEPS devra soumettre un plan financier pour chaque nouveau projet avant de le faire voter par l’assemblée.

«Nous voudrions utiliser le budget comme un outil de travail pour la gestion. C’est-à-dire savoir directement combien va coûter un projet sur lequel nous devons nous prononcer. Il s’agit de réfléchir aux finances dans une perspective prospective, plutôt que de choisir des projets et que le Conseil doive se débrouiller par la suite», explique Guy Liagre qui souligne qu’il ne s’agit pas de méfiance face à l’exécutif. Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle Constitution en janvier 2020, «le moment est favorable pour entamer une nouvelle façon de fonctionner». En effet, dès l’année prochaine, la faîtière deviendra l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS).

Souci de précision

«Nous entendons les craintes financières des délégués. Nous sommes déjà en train de travailler dans le sens de la clarification. Mais avec les projets spécifiques liés à la nouvelle Constitution, cette motion ne tombe pas à un moment opportun», explique Esther Gaillard, vice-présidente du Conseil qui a proposé, sans succès, de transformer la motion en postulat, une forme nettement moins contraignante. Sans grande discussion, la motion a été acceptée par 33 voix contre 25 et 8 abstentions. «C’est réjouissant que les délégués s’impliquent et soient exigeants. Toutefois, je regrette que nous n’ayons pas pu en discuter avant. De quels projets s’agit-il? Il est évident que le traitement de cette motion nous demandera plus de ressources et engendrera des coûts», constate Esther Gaillard.

Lors de cette deuxième journée d’assemblée, les délégués ont également accepté à l’unanimité les comptes 2018 qui présentent un excédent de recettes de 56'564 francs. L’assemblée a toutefois émis plusieurs remarques. «Si les explications étaient plus claires, notamment par rapport aux indemnités du Conseil, ce serait plus simple pour nous», relève Christoph Weber-Berg au nom des Églises du Nord-Est de la Suisse. La Commission d’examen de la gestion a également recommandé de «clarifier la façon dont les fonds étaient traités». «La transparence absolue est vraiment ce qui crée la confiance et je vais m’y atteler», affirme Gottfried Locher, le président du Conseil.

 

i
Vote de la FEPS à Wintherthur
Laurence Villoz