Guerre des tranchées pour le mariage pour tous

IStock
i
Les fronts du mariage pour tous ont été formés dans l'Église réformée.
IStock

Guerre des tranchées pour le mariage pour tous

Ref.ch
1 novembre 2019
Après le remue-ménage provoqué par une centaine de pasteurs réformés avec un manifeste contre le mariage pour tous, les partisans au sein de l'Église enchaînent à leur tour avec une déclaration. Le débat commence donc peu avant le vote au sein de la Fédération des Églises, la semaine prochaine.

Les fronts du mariage pour tous ont été formés dans l'Église réformée. Quelques jours avant le vote à l'Assemblée des délégués (AD) de la Fédération des Églises protestantes de Suisse le 5 novembre, plusieurs lettres prenant position sur le sujet circulent dans les cercles réformés.

D’abord, il y a eu la déclaration intitulée «N’avez-vous pas lu… ?», lancée le 22 octobre par le front des opposants. Dans ce texte, on peut lire que l’ouverture du mariage aux homosexuels n’est rien d’autre «qu’une bénédiction sans la promesse de bénédiction de Dieu», et que cela équivaudrait à «abuser» le nom de Dieu.

Une semaine après sa publication, la déclaration a été signée par 156 pasteurs et 26 pasteures , provenant majoritairement des cantons d'Argovie, de Saint-Gall, de Thurgovie et de Zurich.

«Cette déclaration ne peut rester incontestée»

Le manifeste «L'amour a le long souffle», publié le 29 octobre, prend une toute autre position. «Basé sur une maxime de l'amour de Dieu, aucune connaissance humaine – même théologique ou exégétique – ne devrait être une raison pour l'Église de refuser la bénédiction à deux personnes aimantes et responsable», formule la lettre.

Le pasteur zurichois Michael Wiesmann est l'un des co-auteurs de ce manifeste, qui se considère comme une réplique directe à la déclaration «N’avez-vous pas lu… ?» Il s’en explique: «Un document qui revendique un monopole théologique pour lui-même ne peut pas rester incontesté dans une Église pluraliste.»

Pour les auteurs de ce manifeste, dire que les Écritures sont contre le mariage pour tous, c’est oublier «où Dieu est assis, et où nous sommes en tant qu’êtres humains». Dire au nom de Dieu ce qu'il ne peut bénir, c'est même très hardi… D’ailleurs, c'est probablement la raison pour laquelle leur propre lettre ouverte  a été très bien accueillie: en 24 heures, 80 pasteurs l'avaient signée.

«Aux dépens de l'humanité»

Le pasteur argovien Matthijs van Zwieten de Blom a également écrit une lettre ouverte. Il l'a envoyée directement aux membres de la Fédération des Églises et l'a publiée dans les médias sociaux. «Je suis choqué par le texte "N'avez-vous pas lu... ?"», exprime-t-il. Ce qui l’a particulièrement troublé, c’est qu’à leurs yeux tous les pasteurs qui veulent bénir les homosexuels seraient privés de foi et de loyauté envers la Bible. «La fidélité biblique des opposants, en revanche, se fait clairement aux dépens de l'humanité», écrit-il. Il n'est apparemment pas le seul à avoir cette opinion. Jamais auparavant, il n'avait reçu autant de likes en si peu de temps sur Facebook pour un article.

Le débat sera-t-il reporté ?

La position qui l'emportera finalement sera dévoilée à l'AD la semaine prochaine – ou peut-être beaucoup plus tard. Selon les experts du paysage ecclésiastique, les délégués romands pourraient demander un report de la décision. En effet, dans certaines Églises de Suisse occidentale, le débat sur le mariage pour tous n'est pas encore clos.