Aux États-Unis, le coronavirus a vidé de moitié les églises chinoises

RNS
i
C’est une affiche jaune avec le mot «Attention» en majuscules, collée sur les portes d’entrée, qui accueille les fidèles de l’Église chinoise de Raleigh, capitale de la Caroline du Nord. Elle avertit les parents de ne pas amener leurs enfants à l'église s'ils ont voyagé en Asie au cours des quatorze derniers jours.
RNS

Aux États-Unis, le coronavirus a vidé de moitié les églises chinoises

RNS
28 février 2020
S’il n'y a pas eu de transmission communautaire durable du coronavirus aux États-Unis jusqu'à présent, de nombreuses églises chinoises s’activent pour se prémunir de tout danger de contamination. Reportage.

C’est une affiche jaune avec le mot «Attention» en majuscules, collée sur les portes d’entrée, qui accueille les fidèles de l’Église chinoise de Raleigh, capitale de la Caroline du Nord. Elle avertit les parents de ne pas amener leurs enfants à l'église s'ils ont voyagé en Asie au cours des quatorze derniers jours.

Les églises comme celle-ci, une congrégation non confessionnelle avec des services en mandarin, cantonais et anglais, ont décidé de se mettre en quarantaine, conformément aux directives des Centres de contrôle des maladies.

Beaucoup d'autres ont pris des mesures de précaution supplémentaires, comme l'annulation des rassemblements en petits groupes, des déjeuners du dimanche et d'autres événements communautaires.

«Je pense qu'il faut être prudent», estime le révérend Jerry Miller, le pasteur des jeunes de l'Église chrétienne chinoise de Raleigh. «Il se peut qu'un peu de peur s'y mêle aussi, ce qui est compréhensible.»

Nouvel An chinois paralysé

L'épidémie de ce virus, qui a débuté à Wuhan, en Chine, a rendu des milliers de personnes malades et en a tué plus de 2700. Aux États-Unis, au moins 35 personnes sont infectées par le virus dit COVID-19 — toutes liées à des voyages à l'étranger, dont 18 personnes évacuées du Diamond Princess, un bateau de croisière amarré à Yokohama, au Japon.

Aucun Américain n'est mort du coronavirus jusqu'à présent, et les personnes infectées ne l'ont pas transmis à l'ensemble de la communauté. Pourtant, c'est la communauté sino-américaine qui a été la plus touchée par les craintes sanitaires et qui a également mis en place des mesures de sécurité de grande envergure.

Le virus a paralysé les célébrations communautaires du Nouvel An chinois, qui ont eu lieu le 25 janvier. Le Nouvel An est généralement une période où des centaines de millions de personnes se rendent en Chine pour retrouver leur famille. Les fêtes, les rassemblements et autres célébrations du Nouvel An ont presque tous été annulés.

La fréquentation des églises chinoises aux États-Unis a chuté de 50 % à partir de la fin janvier. Elle commence lentement à se redresser, selon une demi-douzaine de pasteurs interrogés pour ce reportage. «Nous avons tous été touchés de la même manière», relève le révérend Carter Tan, pasteur des ministères anglais à l'Église baptiste chinoise Grace de Richmond, en Virginie.

Deuils et interdiction de voyager

Le révérend Tan, dont l'Église fait partie de la Convention baptiste du Sud, a déclaré que de nombreuses églises chinoises américaines ont des membres qui pleurent la perte de parents ou d'amis décédés à Wuhan, une ville de 11 millions d'habitants en Chine centrale.

«Nous avons une femme dont le père est décédé à cause du coronavirus la semaine dernière», confie Carter Tan, ajoutant que cela ne touche pas seulement les Chinois. «Cela a touché tous nos membres de façon assez personnelle.»

Les principales compagnies aériennes — Delta Air Lines, American Airlines et United Airlines — ont suspendu leur service vers la Chine continentale le 31 janvier, de sorte que tout Chinois américain devant se rendre en Chine pour le travail, l'école — ou les funérailles d'un être cher — ne peut y aller. A contrario, les ressortissants chinois qui se rendaient aux États-Unis avant la mise en place des restrictions sur les voyages aériens ne peuvent pas rentrer chez eux; il en va de même pour les Américains qui se trouvaient en visite en Chine avant le début de l'épidémie.

Communion en gobelets individuels

Les Américains d'origine chinoise sont pour la plupart laïques. Plus de la moitié (52 %) ne s'affilient pas à une religion particulière. Mais 31% se considèrent chrétiens et 15% sont bouddhistes, selon une enquête du Pew Research Center.

La plupart des Chinois américains chrétiens sont protestants et se décrivent comme évangéliques. Les Églises non confessionnelles et baptistes dominent.

Il y a entre 200 et 250 Églises chinoises affiliées à la Convention baptiste du Sud, précise le révérend Amos Lee, directeur exécutif de la Chinese Baptist Fellowship of USA and Canada. La plupart de ces congrégations sont de taille modeste avec une centaine de membres, mais il y en a de plus grandes, surtout dans les grandes villes comme San Francisco, Los Angeles et Dallas.

Pour éviter la contagion, le révérend Lee confie qu’il a été conseillé aux Églises baptistes chinoises du Sud d'utiliser des gobelets de communion individuels pré-remplis et scellés contenant du jus de raisin et une gaufre. De nombreuses Églises sont habituées à utiliser des éléments de communion pré-remplis et les utilisent depuis l'épidémie mondiale de SRAS en 2003, souligne Amos Lee.

Distribution de masques

Une Église baptiste chinoise de Raleigh a installé un panier avec des masques à la porte, bien que le pasteur Jane Pan ait déclaré que peu de fidèles en avaient profité. «Nous en avions certains qui portaient des masques au début de l’épidémie, mais plus maintenant», commente-t-il encore.

L'église, située à quelques pâtés de maisons de l'Université d'État de Caroline du Nord, a annulé ses réunions de bourses pour étudiants chinois ce mois-ci. La bourse, qui comprend environ 40 étudiants, pourrait reprendre ses réunions en mars, bien qu'aucune décision n'ait été prise.

De même, l'église a annulé le déjeuner commun du dimanche après les services. L'Église baptiste chinoise de la ville de Charlotte a changé la façon dont elle sert le déjeuner du dimanche. Au lieu de faire faire la queue pour le buffet, elle dispose désormais des assiettes remplies de nourriture sur une table et les serveurs portant des masques et des gants les distribuent aux membres de l'Église. «Notre Église est en état d'alerte», a déclaré Kevin Fu, un responsable laïc. «Ce n'est pas seulement notre Église. C'est toute la communauté chinoise.»

Les restaurants chinois et les épiceries aux États-Unis et dans le monde entier ont également enregistré une forte baisse de leurs ventes.

Connexion avec les habitants de Wuhan

Les églises et les organisations à but non lucratif chinoises américaines ont également collecté des fonds pour les habitants de Wuhan. Des Américains d'origine chinoise de toute la Caroline ont fait des dons pour acheter des boîtes de masques faciaux. D'autres organisations ont également offert leur aide. Samaritan's Purse, par exemple, a fait don de 78 palettes de fournitures médicales et d'équipements de protection individuelle par l'intermédiaire du département d'État américain, a déclaré Kaitlyn Lahm, porte-parole du ministère basé en Caroline du Nord. World Vision a distribué des masques à 50 000 personnes dans la province touchée.

Le New York Times a cependant rapporté que plusieurs dons provenant de groupes confessionnels étrangers n'ont pas été bien reçus. Les responsables locaux ont rejeté certains dons parce qu'ils craignent des problèmes pour avoir coopéré avec ce que le gouvernement centralisé considère comme des organisations illégales. Le gouvernement chinois reconnaît cinq religions, mais détermine en même temps quelles organisations religieuses sont sanctionnées par l'État.

Cathy Kimball, une fidèle de l'Église baptiste chinoise de Raleigh, confie que malgré les difficultés, les membres de l'Église ne sont pas isolés. Les médias sociaux ont permis aux Chinois américains de rester en contact avec leurs amis et leur famille en Chine, principalement grâce à WeChat, l'application de messagerie et de médias sociaux chinois.

Il est difficile de dire quand les choses vont revenir à la normale. «Il y a beaucoup d'incertitude quant à ce à quoi on peut s'attendre», formule le révérend Lee. «Nous ne savons vraiment pas à quoi ressemble la situation dans son ensemble. Les gens sont donc prudents.»