Les trolls s’invitent dans les cultes virtuels

RNS
i
Vidéoconférence
RNS

Les trolls s’invitent dans les cultes virtuels

RNS
31 mars 2020
Aux États-Unis, de nombreux cas de cyber-harcèlement ont été constatés pendant des réunions religieuses, entre images pornographiques et insultes raciales. Récits et conseils.

Dimanche 29 mars, l’Américain Alex Merritt avait rassemblé les membres de son groupe de jeunes adultes de l'école du dimanche de l'église épiscopale St. David d'Austin, au Texas, sur l’application Zoom. C’est ainsi, à travers la vidéoconférence, qu’ils souhaitaient poursuivre, malgré les mesures de distanciation sociale, leur étude biblique hebdomadaire. Tout se passait bien, jusqu’à ce que leur réunion soit perturbée par une attaque de trolls, soit ces internautes dont le seul but est de semer la zizanie sur la Toile.

Certains ont commencé à partager leurs écrans avec le groupe et à dessiner des images obscènes sur le passage biblique sur lequel le groupe avait discuté. «Vous êtes piratés! Vous êtes piratés!», criait l'un d'entre eux. Un autre a allumé sa caméra et a commencé à dévoiler ses organes génitaux. «C'était complètement chaotique et impossible à arrêter», se souvient Alex Merritt. «Ce fut un énorme électrochoc pour moi, car je suis un enseignant dans une école primaire publique, et je ne veux pas que les enfants de ma classe soient exposés aux images pornographiques que les trolls nous ont envoyées!»

Le passage massif des lieux de culte sur l’application Zoom et d'autres plateformes de vidéoconférence en ligne a rendu les services religieux plus accessibles que jamais. Malheureusement, pour les fidèles numériques, cela signifie aussi qu'ils sont également plus accessibles aux trolls en ligne, qui ont tout leur temps libre pour perturber leurs services par des interruptions obscènes ou haineuses.

Le groupe religieux d’Alex Merritt, qui a dû mettre fin à sa réunion et en organiser une nouvelle, avait à l'origine placé un lien Zoom public sur son site web. Désormais, le groupe n'enverra ce lien qu'aux membres de ses groupes Facebook privés, qui ont tous été approuvés.

Être ou ne pas être accueillant

«Je pense que les lieux de culte doivent être très prudents lorsqu'ils rendent des liens Zoom publics sur leurs sites web, surtout si ces liens renvoient à des réunions où il y aura de jeunes enfants», insiste Alex Merritt. «Les lieux de culte, dans l'idéal, veulent être des endroits où tout le monde peut se rendre. Pour l'instant, ils doivent trouver un équilibre entre ce désir d'ouverture à tous ceux qui sont en recherche d’un tel lieu et la réalité, à savoir qu'il y a des gens qui souhaitent saboter ces espaces numériques.»

L'épidémie de «zoombombing» n'a épargné personne. Les trolls ont trouvé de nombreux liens de réunion qui ont été mis en ligne, puis les ont partagés et se sont joyeusement immiscé dans ces réunions, dessinant des contenus graphiques sur les écrans des participants. Ils ne laissent alors d’autre choix, aux écoles et aux universités, aux églises et aux synagogues, que de fermer brutalement leurs réunions.

Un service de shabbat organisé également via l’application Zoom par une synagogue de la région de San Francisco a été envahie par des extrémistes nazis. Une église unitarienne universaliste du Massachusetts a vu un service en direct sur YouTube rempli de commentaires haineux. Un service religieux en direct à Los Angeles a été piraté et remplacé par du porno. La semaine dernière, un séminaire de Zoom avec le People's Forum, un espace culturel à vocation militante dirigé par la théologienne Claudia de la Cruz, a été perturbé par un troll qui a posté des insultes raciales dans la fenêtre de chat à plusieurs reprises, jusqu'à ce que les administrateurs le bloquent.

Insultes raciales et homophobes

«Mon cœur s'est enfoncé quand j'ai vu cela se produire», a confié le révérend Jason Wells, qui avait rejoint le Forum du peuple depuis Concord, dans le New Hampshire, et qui a vu déferler tous ces messages racistes. «Il y a beaucoup de grands travailleurs de la justice à ce rendez-vous et je me suis senti sali quand j'ai pensé à l'impact que cela aurait sur tout le monde là-bas.»

Le dimanche matin, la révérende Laura Everett était sur Zoom depuis la First Baptist Church de Boston, prêchant sur la mort, lorsque des usagers extérieurs à la congrégation de l'église ont détourné le service. Après avoir trouvé un lien vers la réunion, que la pasteure avait tweeté pour que ses fidèles puissent écouter son sermon, les trolls ont commencé à forcer les écrans des participants pour diffuser des discours de haine racistes et homophobes.

«La haine ne s'arrête pas en cas de pandémie», a-t-elle tweeté, alors que les dirigeants de son église arrêtaient la réunion et se réunissaient à nouveau dans le cadre d'une conférence web protégée par un mot de passe. «Seigneur, aie pitié», a-t-elle conclu.

Cette perturbation a fait réfléchir Laura Everett sur la «profonde rupture» chez ces hommes qui l’ont harcelée, elle et ses paroissiens. «Franchement, en tant que prédicatrice, j'ai assez de travail maintenant ces jours entre la préparation du prêche et sa diffusion pour les paroissiens. Ce dont je n'ai pas besoin, c'est de plus de travail de la part des trolls  qui nous harcèlent, moi et la congrégation.»

Un apprentissage nouveau

De nombreux chefs religieux se démènent aujourd’hui avec cette nouvelle pratique  virtuelle et la technologie pour trouver une solution équilibrée, partagés qu’ils sont entre le désir de laisser les portes de leurs églises ouvertes au plus grand nombre et protéger leurs services de telles perturbations. De nombreuses organisations religieuses, dont l'Église méthodiste unie de Nouvelle-Angleterre et la Conférence de la Nouvelle-Angleterre du Sud de l'Église unie du Christ, ont commencé à partager avec leurs membres des conseils pour éviter les cyberattaques. L’application Zoom a d’ailleurs publié sur son propre blog un guide détaillé des dispositifs que les hôtes peuvent utiliser pour protéger leurs réunions.

«Si vous ne faites pas de publicité sur la façon d'accéder à la réunion, il devient beaucoup plus difficile pour les gens de s'y joindre», a écrit David Sim, un pasteur stagiaire de l'Église d'Écosse qui a créé un guide pour prévenir les «zoombombing». «Cela peut être contre-intuitif lorsque nous voulons accueillir tout le monde, donc cela peut ne pas être possible dans tous les cas, comme par exemple pour notre culte dominical où nous voulons que tout le monde se joigne à la réunion. Cependant, si vous avez une réunion d'affaires une petite réunion de prière, vous pouvez partager les détails de la connexion par mail ou par SMS selon vos besoins.»

Alex Merritt a quant à lui commencé à chercher des moyens de protéger ses étudiants lorsqu'il a dû se mettre à l’enseignement à distance. Il a recommandé aux administrateurs de désactiver le partage d'écran et les annotations pendant les réunions. Sinon, tout participant qui se joint à la réunion peut partager le contenu de son propre écran ou dessiner n'importe quoi sur l'écran partagé. Il a également demandé aux lieux de culte d'activer la fonction de salle d'attente de Zoom afin que l'hôte puisse autoriser les gens à se joindre à la réunion et expulser tout utilisateur inconnu de la réunion.