Mulhouse: «Nous ne sommes pas le "patient zéro"»

IStock
i
Samuel Peterschmitt, pasteur de l’église la Porte Ouverte chrétienne de Mulhouse, répond aux accusations dont sa communauté a été victime, suite à la propagation du virus lors d’un de ses grands rassemblements en février dernier
IStock

Mulhouse: «Nous ne sommes pas le "patient zéro"»

Claire Bernole, Réforme
12 mai 2020
Samuel Peterschmitt, pasteur de l’église la Porte Ouverte chrétienne de Mulhouse, répond aux accusations dont sa communauté a été victime, suite à la propagation du virus lors d’un de ses grands rassemblements en février dernier. Interview.

Le pasteur Samuel Peterschmitt est le fondateur de l’église de la Porte Ouverte chrétienne de Mulhouse, décriée aujourd’hui pour avoir été le point de départ de la diffusion du coronavirus en France. Plus de 2400 fidèles, en provenance de tout l’Hexagone et de pays limitrophes, s’étaient alors rassemblés pour une semaine de jeûne et prière, organisée du 17 au 24 février dernier. Peu de temps après, les premiers cas se déclarent au sein de la communauté et la maladie touche de plein fouet la région du Grand-Est.

Après avoir été lui-même contaminé et hospitalisé en soins intensifs, il revient sur les événements, et notamment sur la stigmatisation dont sa communauté fait depuis l’objet, entre insultes religieuses et menaces de mort personnelle.

Regrettez-vous le rassemblement qui a eu lieu en février?

Pour vous répondre très sincèrement, ce que je regrette, c’est que les mécanismes d’alerte selon lesquels le Covid-19 était en circulation en Alsace n’aient pas fonctionné. Nous n’avons donc pas eu l’information qui nous aurait permis d’annuler l’événement. D’autant que le président de la République était à 300 mètres et semblait, lui aussi, ignorer que le virus était en circulation. Une dame du quartier, qui lui a d’ailleurs serré la main, est tombée malade le lendemain matin et elle ne fait pas partie de notre communauté! C’est plutôt cela que je regrette. Mais nous n’en voulons à personne, puisque ce virus est invisible…

Pourquoi ne pas avoir tenu compte des conseils du ministère de la Santé à

l’époque?

Il n’y avait pas encore de mesures barrières. La preuve, le président de la République a serré des mains, fait des selfies… La Direction générale de la Santé a envoyé le 21 février une circulaire à tous les médecins dans laquelle elle disait formellement que les personnes à risque étaient celles qui revenaient de Chine, de Macao ou de Hong Kong. Il n’y avait pas encore de chaîne de contamination en France. Absolument rien ne nous permettait de mettre en œuvre les mesures barrières. Elles n’existaient pas.

Comprenez-vous néanmoins la colère de certains?

J’aimerais tout d’abord dire que nous faisons partie des premières victimes en France. À ce jour, 25 de nos paroissiens sont décédés. Mais je comprends, au vu de la lecture des événements que certains peuvent faire – et qui, à mon sens, n’est pas tout à fait juste –, la colère, l’indignation et, surtout, la douleur de toutes ces familles éprouvées. Il est évident que je ne peux qu’avoir de la compassion. Mais il est évident aussi que nous étions les premiers à avertir l’Agence régionale de santé (ARS) et les infectiologues de Strasbourg qu’il se passait quelque chose au milieu de nous. Ce qui a automatiquement braqué les projecteurs sur notre communauté. Partant de là, je comprends que la population ait pu interpréter que nous sommes le «patient zéro», mais en réalité nous sommes le seuil d’alerte.

Votre rassemblement a sans conteste joué un rôle dans la circulation du virus...

Au vu de la lecture des événements présentés par le prisme des médias, je comprends les peurs et les colères – même si je ne peux approuver le déchaînement de haine et les menaces de mort à notre égard. Je les comprends car notre rassemblement comptait 2000 personnes venant de divers endroits de France, et même de l’étranger.

J’espère qu’une commission scientifique sera dépêchée

Mais la question de fond est celle-ci: comment se fait-il que nous ayons été contaminés? Or, elle est rarement posée. J’espère qu’une commission scientifique sera dépêchée, de la même manière qu’à Codogno (Italie). Après son passage, on a laissé tomber la question du «patient zéro», parce qu’on s’est rendu compte que la contamination était partout. Ce que je regrette, et je parle ici en tant que pasteur face à mes paroissiens, c’est que les projecteurs aient été braqués sur nous, ce qui a malheureusement créé une forme de stigmatisation dont nous avons été immédiatement victimes.

Avez-vous songé à demander pardon?

Si je demande pardon, c’est que j’ai agi volontairement. Or, nous n’avons rien fait volontairement. Sinon, toutes les personnes de France qui ont contaminé un voisin, tous les médecins qui ont contaminé un patient doivent demander pardon. Ce que je regrette, c’est de ne pas avoir eu la possibilité d’être informé à temps pour pouvoir prendre des dispositions. Cela, je le regrette infiniment. Ce que je regrette aussi infiniment, c’est que nous ayons des victimes parmi nous. Vous imaginez bien que si j’en avais les moyens, jamais je n’organiserais un événement dans lequel mes amis vont décéder! Et par conséquent, d’autres personnes ont été contaminées.

Pensez-vous aussi pâtir des actions des évangéliques aux États-Unis et au

Brésil, notamment?

Les évangéliques s’inscrivent dans le paysage alsacien depuis bien longtemps. Mon père est d’origine mennonite, mon grand-père était prédicateur mennonite, donc nous nous inscrivons dans une longue histoire du protestantisme. Ce qui est clair, c’est que certaines personnes manifestent leur mécontentement ou leur différence avec nous au travers de ce qui s’est passé. Quant à l’assimilation aux Américains… Nous n’avons pas beaucoup d’orateurs qui viennent des pays anglo-saxons.

Vous sentez-vous proches ou du moins solidaires des mouvements

évangéliques tels qu’ils s’expriment outre-Atlantique?

Je ne me permettrais pas de juger. Je me sens proche d’eux en tant que famille spirituelle, mais comme je peux me sentir proche de toute famille chrétienne. On ne peut pas sectoriser. J’ai reçu ce matin la lettre d’une Église protestante baptiste se terminant ainsi: «Ce fardeau est donc aussi le nôtre et il nous semble normal que nous le portions tous ensemble.» Je pense que le pire, dans cette situation, serait de créer des disputes ou des scissions. Si, personnellement, je ne me sens pas proche de ces pays-là, c’est dans leur façon d’associer la foi à la politique.

Quel rôle attribuez-vous à Dieu dans cette pandémie?

Ce genre de questions se pose essentiellement au vu de l’événement mondial qui s’est produit. Toutes les communautés connaissent la maladie. Des gens souffrent du cancer et pourtant, on n’en vient pas à ce genre de raisonnement.

Au travers de cette pandémie, Dieu permet une profonde remise en question de nos sociétés

Ce qui est certain, c’est qu’au travers de cette pandémie, Dieu permet une profonde remise en question de nos sociétés quant à notre sécurité, parfois notre arrogance. Je crois qu’il y a là une possibilité extraordinaire pour la société de remettre les choses à plat. Qu’est-ce qui est essentiel? N’est-ce pas l’humain plutôt que le profit? En ce sens, Dieu s’exprime. Mais parler de malédiction… Je ne pourrais pas tenir ce langage, d’autant que nous-mêmes avons été affectés. Pour moi, c’est un grand moment d’humilité qui nous oblige à revenir à nos fondamentaux, à plus de simplicité. Malgré le drame que nous vivons, Dieu nous permet de nous remettre en question. L’épreuve sera utile. Si ce n’était pas le cas, alors je ne comprendrais plus.

Avez-vous un débat virtuel au sein de votre assemblée sur ce sujet?

C’est difficile car nous sommes nombreux, mais notre conseil d’église s’est réuni à distance et nous en avons parlé. Nous avons une équipe pastorale avec qui nous avons aussi discuté. Chacun d’entre nous est d’accord pour dire que si nous avions pu prendre les décisions qui s’imposaient, et que nous avons prises immédiatement par la suite, nous les aurions prises. Quant à la question concernant Dieu, nous constatons que les événements ont suscité un mouvement de sainteté. Je vois beaucoup de gens se mettre à prier. Vous me direz que dans la détresse, les gens prient toujours. Mais je vois des personnes qui assistaient simplement au culte reprendre leur Bible. Je vois une entraide extraordinaire. Cinquante ans de prédication n’auraient pas produit ce que ces quelques semaines ont fait. En cela, nous le vivons presque comme un réveil religieux personnel, la sortie d’une espèce de léthargie.

Quelles sont vos relations actuelles avec les autorités chargées de la lutte

contre le Covid-19?

Jusque-là, nos relations étaient tout à fait normales. Nous avons collaboré, essentiellement au début de la pandémie. Comme mon fils est médecin, il a tout de suite fait ce qu’il fallait pour que l’ARS soit prévenue. Auprès de la ville, j’ai des contacts avec l’adjoint chargé des cultes. Avec le sous-préfet aussi, nous avons une collaboration tout à fait normale. Nous avons proposé notre bâtiment d’église (7000 m2) à la ville pour désengorger l’hôpital Émile-Muller, mais l’armée s’est organisée à proximité de l’établissement, ce qui est très bien.

Quels enseignements tirez-vous de ce triste événement?

Tout d’abord, l’humilité. Reconnaître que Dieu est Dieu et que, un peu comme Job, nous avons souvent parlé de choses qui nous dépassent. Cela nous amène à considérer également notre prochain. Juste avant que la pandémie n’éclate, nous avions envoyé un message à Emmanuel Macron pour protester contre la fermeture des églises évangéliques en Algérie. Nous avions également manifesté à Strasbourg, pour les soutenir, sans nous douter de ce que nos amis en Algérie vivaient vraiment. Aujourd’hui, alors que nous-mêmes ne pouvons plus nous réunir, nous réalisons ce qu’ils vivent, ce que vit l’Église persécutée. Même si nous ne sommes pas dans le même contexte, il y a une prise de conscience qui n’aurait jamais été possible sans l’épreuve. Il est dit de Christ qu’il a appris l’obéissance par les choses dont il a souffert. Je crois que lorsque nous sommes dans la souffrance, nous apprenons. Nous apprenons la compassion, nous apprenons à revenir aux vraies valeurs, nous apprenons à réellement prendre soin des autres, et nous bénissons Dieu pour cela.