L’EERS prise en étau entre une plainte et une liaison

EERS
i
De nombreuses interruptions ont émaillé le Synode de l'EERS du 15 juin à Berne
EERS

L’EERS prise en étau entre une plainte et une liaison

Le Synode de l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS) qui a eu lieu à Berne le 15 juin a été phagocyté par la démission de son président Gottfried Locher et les accusations dont il est l’objet.

Le premier Synode de la nouvelle Église évangélique réformée de Suisse (EERS), qui a succédé au 1er janvier à l’ancienne Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), était de fait destiné à rester dans les annales. Historique, il le sera sans aucun doute, mais pour de toutes autres raisons. Après la démission forcée de son président Gottfried Locher, mis en cause dans une affaire de mœurs au sein de l’institution, et celle quelques semaines auparavant d’un autre membre du Conseil, tous les regards étaient en effet tournés vers ce Synode du 15 juin, lors duquel l’Exécutif était appelé à rendre des comptes devant les délégués de ses Églises cantonales.

Réunis pour l’occasion au Kursaal de Berne, les représentants des Églises membres sont apparus dès le début de la journée déterminés à ce que la lumière soit faite sur les événements qui ont fait éclater l’Exécutif. Pour s’assurer d’obtenir des réponses à leurs questions, ceux-ci ont d’ailleurs commencé à faire sauter plusieurs points prévus initialement dans l’ordre du jour.

Demande de huis clos

L’accouchement des réponses a cependant duré plusieurs heures, en raison notamment de questions de procédure et autres interruptions demandées pour que le Bureau du Synode, le Conseil ainsi que la Commission d’examen de la gestion (CEG) puissent se mettre d’accord. Menacés par des poursuites judiciaires émanant des avocats des deux membres démissionnaires en raison de la protection de la vie privée, le Bureau du Synode, le Conseil et la CEG demandaient en effet à ce qu’un huis clos soit prononcé et à ce que ce rapport soit soumis à une déclaration de stricte confidentialité.

L’assemblée du Synode s’est positionnée de justesse contre le huis clos: avec seulement 47 voix pour, la proposition n’atteignait pas la majorité à deux tiers définie par le règlement (soit 51 voix sur 67 dans le cas présent). La question de la responsabilité de la divulgation des informations produites dans le rapport a occupé encore une bonne partie des débats, et ce bien que la Commission d’examen de la gestion ait déjà fait vérifier la légalité de son document par un avocat. «L’affaire est sérieuse», s’est même écrié le président du Synode Pierre de Salis, peu avant la pause de midi. «Si le Bureau doit endosser la responsabilité juridique de la remise publique de ce rapport, il sera contraint de démissionner.»

Une liaison problématique

Après clarification quant à la responsabilité des uns et des autres (la CEG pour le contenu du rapport, le Synode pour sa discussion en public), le Conseil a enfin commencé à relater la chronologie des événements et dévoiler la complexité de la situation à laquelle il a dû faire face. «Le dossier est sensible et complexe du point de vue du droit», explique alors Esther Gaillard, annonçant qu’une plainte a bien été déposée au Conseil en tant qu’employeur par une ancienne collaboratrice du secrétariat qui accuse Gottfried Locher d’avoir eu des comportements abusifs à son endroit entre 2011 et 2013.

Le Conseil avançant à tâtons dans ses explications, c’est finalement Ulrich Knoepfel, un de ses membres, qui a subitement décidé de prendre la parole dans une intervention qu’il précise personnelle et qu’il porte en son nom propre: «La pression par rapport à d’éventuelles poursuites judiciaires ne va pas m’empêcher de parler. Vous avez le droit d’être informé de manière honnête.» Et de dévoiler que le président Gottfried Locher avait entretenu entre 2017 et 2019 une relation intime avec la théologienne Sabine Brändlin, membre du Conseil et laquelle était précisément, avec Esther Gaillard, en charge de la gestion de cette plainte.

Dès connaissance de cette liaison, le 23 avril, le Conseil aurait alors demandé aux deux personnes impliquées de démissionner. Sabine Brändlin l’a fait dans la journée, mais «de manière unilatérale, alors que le Conseil lui avait demandé de convenir d’une rédaction commune», détaille-t-il, et «Gottfried Locher a encore attendu quatre semaines». Ulrich Knoepfel explique alors que le manque de réactivité qui a été reproché au Conseil dans cette affaire était lié à «la peur de l’existence d’un complot» de la part de Sabine Brändlin «pour faire tomber son ex-amant». Et de conclure: «J’aurais attendu de ces personnes qu’elles agissent avec plus de grandeur humaine.» Une intervention qui a été immédiatement saluée par les applaudissements de l’assemblée.

130 000 francs à débourser

Reprenant la parole, Esther Gaillard a alors annoncé qu’un bureau d’avocats externe avait été mandaté pour clarifier la situation par rapport à la plainte déposée à l’endroit de Gottfried Locher. Les coûts de pareille procédure s’élèveraient selon les estimations à 130 000 fr. Le Synode a par ailleurs voté la mise en place d’une commission d’enquête temporaire, qui sera mandatée précisément sous sa direction, pour analyser le rôle du Conseil dans cette crise. Celle-ci sera constituée lors d’un Synode extraordinaire qui sera convoqué en septembre, la majorité des points à l’ordre du jour n’ayant pas pu être traités ce 15 juin. Seule la fusion entre les œuvres l’Entraide protestante Suisse (EPER) et Pain pour le Prochain (PPP) a pu être adoptée, et Barbara Hirsbrunner élue comme membre du Conseil de fondation de PPP pour le reste de la période 2018-2021.

Chronologie des faits (Présentée par le Conseil de l’EERS)

 

Novembre 2019

Une ancienne collaboratrice du secrétariat prend contact avec Esther Gaillard pour lui faire part de sa volonté de porter plainte contre Gottfried Locher

Janvier

Entretien de l’ancienne collaboratrice et de son avocate avec Sabine Brändlin et Esther Gaillard, qui consultent deux avocats et d’une agence de communication

13 avril

Esther Gaillard informe le Conseil de la plainte déposée à l’endroit de l’Exécutif et rédigée par un avocat

Le Conseil mandate Esther Gaillard et Sabine Brändlin pour le traitement de la plainte.

Il convient de la confidentialité du dossier et des règles de communication applicables

Le Conseil décide d’ouvrir une enquête externe et de suspendre le président durant cette enquête, à qui est octroyé le droit d’être entendu jusqu’au 17 avril.

Récusation de Gottfried Locher sur ce dossier.

17 avril

Récusation de Sabine Brändlin

21 avril

Audition de Gottfried Locher et demande faite aux avocats de trouver une démarche commune concernant l’enquête et le traitement de la plainte

23 avril

Le Conseil demande la démission Sabine Brändlin et Gottfried Locher (le Conseil aurait appris à cette date l’existence d’une relation intime passée entre ces deux membres).

Sabine Brändlin accepte de remettre sa démission et convient d’une communication commune, prévue pour le 27 avril.

24 avril

Le Conseil apprend la démission de Sabine Brändlin par voie de communiqué de presse.

Le Conseil rédige très rapidement un communiqué de presse en tenant compte des injonctions de l’avocate de Gottfried Locher.

19 mai

Discussion de la convention de départ du président et de la communication afférente.

20 mai

Préparation du communiqué de presse

23 mai

Nouveau communiqué de presse en raison de nouveaux éléments (non publics pour l’heure, ndlr)

26 mai

Rédaction de la convention de départ de Gottfried Locher avec l’appui d’un cabinet d’avocats.

27 mai

Démission de Gottfried Locher

Envoi du communiqué de presse