La politique migratoire européenne critiquée par des Églises

©NEV - Notizie Evangeliche
i
Rencontre du synode de la Table vaudoise et des méthodistes à Torre Pellice dans le Piémont
©NEV - Notizie Evangeliche

La politique migratoire européenne critiquée par des Églises

31 août 2018
Les présidents des Églises de Hesse-Nassau, en Allemagne et vaudoise du Piémont tirent la sonnette d’alarme. Ils appellent les gouvernements européens à mettre en place de véritable force pour sauver les migrants en méditerranée.

Volker Jung, le président de l’Église protestante de Hesse-Nassau, en Allemagne, et Eugenio Bernardini, son équivalent à la tête de l’Église vaudoise du Piémont (ou Union des Églises méthodistes et vaudoises), ont émis dimanche dernier de fortes critiques envers la politique migratoire de leurs pays respectifs. Lors d’une rencontre à Torre Pellice, une commune proche de Turin, les deux ecclésiastiques ont mis en garde contre une érosion grandissante du droit d’asile en Europe.

Le refus de ces États à venir en aide aux réfugiés en détresse en mer et à s’accorder sur une politique migratoire commune a conduit à un véritable «désastre humanitaire», ont-ils tous deux déclaré. «L’Europe perd son âme quand des valeurs comme le respect de la dignité humaine, de l’égalité et de l’État de droit se trouvent de plus en plus remises en question.»

Une force européenne de sauvetage en mer

Volker Jung et Eugenio Bernardini invitent les gouvernements à organiser une véritable force civile européenne de sauvetage en mer, ainsi qu’à cesser de «criminaliser les associations humanitaires». Les réfugiés ainsi pris en charge devraient ensuite être répartis dans les différents pays. Il convient en parallèle de mettre en place des voies d’accès sûres et de larges programmes d’accueil, à l’image du projet des «couloirs humanitaires» déjà en vigueur en Italie, en France et en Belgique. Cela permettrait de combattre les passeurs et de réduire le nombre de décès en Méditerranée.

Les institutions religieuses donnent d’ores et déjà l’exemple en soutenant l’accueil et l’intégration des migrants, ont souligné les deux hommes de foi. En 2016, l’Église protestante de Hesse-Nassau a mobilisé un budget de 21 millions d’euros pour soutenir leur accompagnement dans les cinq à dix ans à venir. Des milliers de bénévoles s’engagent également pour cette même cause. Quant à l’Église vaudoise italienne, elle a ouvert ses paroisses aux immigrés venus d’Afrique, pour lesquels elle propose des options d’accueil.

L’Église de Hesse-Nassau et l’Église protestante vaudoise entretiennent des liens étroits depuis plus de 50 ans. Cette dernière a invité Volker Jung à participer à son synode qui s’est terminé mercredi 29 août à Torre Pellice.