Libye, terre des hommes violés

CC0 aymen-juha / Pixabay
i
Une première guerre civile a conduit au renversement de Mouammar Kadhafi en 2011. En 2014, un second conflit a éclaté. Il est toujours en cours.
CC0 aymen-juha / Pixabay

Libye, terre des hommes violés

Hautes-fréquences
En Libye, le viol est une arme de guerre. Mais, contrairement à d’autres pays qui connaissent aussi ce fléau, ce sont les hommes qui sont les premiers touchés.

Juriste pénaliste spécialisée dans la question des crimes de guerre, Céline Bardet intervient dans le documentaire «Libye – anatomie d’un crime», à voir en replay sur Arte. Cette enquête consacrée à la question des viols utilisés comme armes lors de conflits. En Libye ce sont les hommes qui en sont les cibles principales. «En Libye, l’homme — au sens masculin —, c’est celui qui a la place dans la société. Ce sont les hommes qui font partie de sortes de conseils de tribus, puisque la Libye est composée d’une multitude de tribus. Ce sont les hommes qui décident, ce sont les hommes qui sont sur la place publique, donc quand vous violez un homme, vous le détruisez complètement, mais vous ne le tuez pas. Tout cela est fait à dessein, parce que le but est de l’emprisonner dans une sorte de prison psychologique jusqu’à la fin de ses jours. Lui il est marqué à vie, il n’en parlera pas, ou très peu, et ne prendra plus sa place dans la société. Concrètement, si vous voulez mettre genoux vos opposant politique ou la tribu adverse, et bien le viol est un outil extrêmement efficace», explique Céline Bardet interrogée par Hautes-Fréquences.

A écouter également

A voir également