Au Texas, l’église où a eu lieu un massacre sera détruite

i
Enquête du FBI suite à la fusillade survenue à la First Baptist Church (Sutherland Springs, Texas) © keystone / AP / Nick Wagner

Au Texas, l’église où a eu lieu un massacre sera détruite

20 novembre 2017
Les funérailles n’avaient pas encore eu lieu, mais la décision avait déjà été prise: quelques jours après une des pires tueries en masse dans une église américaine, la First Baptist Church de Sutherland Springs sera rasée. (RNS / Yonat Shimron et Kimberly Winston)

Le site où, le 5 novembre, un tireur solitaire a tué 25 personnes, va faire place à une église neuve. Devenu désormais un rituel américain macabre, les sites de tueries en masse comme Sandy Hook ou Columbine ont été détruits et ensuite rebâtis. Mais certaines églises qui ont subi des tueries atroces ont cherché à se réapproprier ces espaces sacrés déjà existants.

Ce n’est pas le cas pour First Baptist. Frank Page, président et directeur du comité exécutif de la Southern Baptist Convention, et Steve Gaines, président de la SBC, ont confirmé la décision de démolir l’église après s’être réunis à Sutherland Springs le 7 novembre, avec le pasteur endeuillé, Frank Pomeroy.

«Les fidèles nous dit ne plus vouloir y remettre les pieds», raconte Frank Page, relayant des propos de membres restants de cette église. «Cela va toujours nous rappeler cette violence atroce contre des innocents.» Frank Pomeroy et sa femme Sherri n’étaient pas à l’église ce dimanche-là, quand Devin Patrick Kelley, 26 ans, a ouvert le feu. Mais Annabelle,  leur fille de 14 ans, fait partie des victimes.

Frank Page annonce que c’est un donateur anonyme qui va financer la construction d’une nouvelle église. Et la convention du Cadre missionnaire nord-américain s’est proposé pour payer tous les enterrements, même si le programme de Compensation des victimes du crime du Texas l’aurait fait. «Nous allons prendre soin des nôtres», explique Frank Page.

La structure de l’église pourrait être compromise à cause des centaines de balles qui ont grêlé les murs, ajoute le shérif Joe Tackitt Jr. de Wilson County.  «Il y avait du sang partout à l’intérieur de l’église. Personne ne voudra revivre ça», note Andy Wyatt, résident de Sutherland Springs qui a créé des séries d’études bibliques ludiques destinées aux enfants de la First Baptist Church. «Les victimes méritent quelque chose de mieux. On va tout remettre à neuf et construire quelque chose de nouveau.»

Lieux de tueries souvent détruits

Ce genre de renouveau suite à une atrocité de masse a ses précédents. L’école secondaire de Columbine, où 13 personnes ont été tuées et 21 blessées lors d’une tuerie de masse en 1999, a été partiellement reconstruite, notamment la bibliothèque où beaucoup des victimes sont mortes. Le site des tours du World Trade Center, détruites le 11 septembre 2001, est aujourd’hui un complexe rebâti avec des immeubles, un mémorial et un musée. L’école de Nickel Mines en Pennsylvanie où cinq écolières amish ont été tuées en 2006 a été rasée et reconstruite. A Utoya en Norvège, où 69 personnes— pour la plupart mineures— ont été tuées lors d’un camp réunissant les jeunes travaillistes en 2011, on a préservé un des bâtiments où les victimes sont mortes en l’incorporant dans un bâtiment plus grand avec mémorial et centre d’interprétation. L’école primaire de Sandy Hook à Newtown, au Connecticut, site d’une fusillade en 2012 qui a tué 20 enfants et 6 adultes, a été détruite et rebâtie. Elle a été inaugurée l’année dernière.

La plupart de ces lieux de tueries n'étaient pas des endroits tournés vers la religion ou la spritualité. Mais ils le sont en quelque sorte devenus. Les proches des victimes s'y rendent afin de célébrer leur mémoire, pleurer leur perte, prier, ou tout simplement partager leur peine. 

Se réapproprier un espace sacré

Dans certaines confessions, les lieux de culte sont considérés comme sanctifiés, les fidèles peuvent donc ressentir le besoin de se réinvestir cet espace considéré comme sacré. Et cela peut se faire de différentes manières. Michelle Walsh, ministre universaliste unitaire, qui donne des cours à l’Université de Boston sur le traumatisme et la théologie, a étudié une église universaliste unitaire de Knoxville  après qu’un tireur solitaire a tué deux personnes et blessé sept autres lors d’un spectacle pour enfants en 2008.

Les bancs ont été réalignés, les murs repeints, un rideau criblé de trous de balle a été enlevé, mais conservé. Une semaine après la tuerie, l’église a reconsacré le sanctuaire lors d’un service durant lequel on a béni les endroits où sont tombés les morts et accroché une plaque. L’office s’est conclu avec un hymne: «Que le mal ne puisse franchir ce seuil». «Il s’agit de se réapproprier le bâtiment et de le marquer, non pas comme un lieu de mort ou un lieu de perte, mais un lieu de vie», affirme Michelle Walsh.

D’autres lieux de culte ont ont effectué leur métamorphose sans avoir besoin d'être complètement rebâtis. Après que neuf personnes, dont le pasteur, ont été tuées lors d’une étude biblique dans la cave de l’Eglise AME Emanuel à Charleston (Caroline du Sud) en 2015, les membres de l’Eglise ont accroché des tableaux des victimes sur les murs et ont continué à se réunir les mercredis soir avec leurs Bibles ouvertes devant eux. Leur sanctuaire n’a pas été touché lors de la fusillade. Quand six personnes ont été tuées et quatre blessées dans un temple sikh à Oak Creek (Wisconsin) en 2012, les croyants n’ont pas abandonné le sanctuaire. Ils ont même conservé certains des trous de balle. «C’est un encadrement pour la blessure», confie Pardeep Kaleka, fils de l’ancien président de temple, Satwant Singh Kaleka, mort dans le massacre, dans son entretien avec The Associated Press. «C’est la blessure de notre communauté, la blessure de notre famille, la blessure de notre société.»

Un miracle caché?

Mais dans le cas de la tuerie de l’église au Texas, il se peut que le crime était d’une telle gravité qu’il est nécessaire de rebâtir, dit Steven Sewell, un conseiller chrétien pour le deuil qui travaille souvent avec des Eglises qui font face à des traumatismes : «Lorsque les Eglises qui vivent un drame, elles restent parfois dans le même endroit physiquement et spirituellement, alors qu’on est dans une situation impossible», raconte-t-il. «Personne ne veut que son église soit “celle où il y a eu cette horreur”. Leur manière de reconstruire devient donc ce que j’appelle une grandeur cachée. C’est-à-dire que même au sein de toute cette tragédie, il y a un miracle caché qui va se révéler.»

Dans tous les cas, la First Baptist Church de Sutherland Springs va devoir reconstruire bien plus que son sanctuaire. Environ la moitié de l’assemblée, y compris tous les enseignants de l’école du dimanche et plusieurs des responsables de musique, comptent parmi les victimes, affirme Frank Page, le représentant de la SBC.