Noémie, la belle-mère de Ruth

© Laura Fournier
i
Les femmes de la Bible: Noémie
© Laura Fournier

Noémie, la belle-mère de Ruth

Elisabeth Parmentier
25 février 2019
Avenir
Généralement, c’est Ruth, la belle-fille de Noémie, qui occupe le devant de la scène. Elle est louée pour son dévouement et son intégration au sein du peuple d’Israël. Mais on n’a pas assez prêté attention à celle qui fut le cerveau de l’action: sa belle-mère, Noémie.

Noémie est une veuve qui revient à Bethléem après de longues années au pays de Moab (région montagneuse de l’actuelle Jordanie, qui s’étend le long de la mer Morte). Elle s’y était rendue avec son mari pour fuir la famine. Mais son mari et ses fils y étant morts, c’est «vide» et «amère» qu’elle retourne chez elle. Ses deux belles-filles, des païennes moabites, veulent la suivre, mais Noémie les renvoie car des femmes sans maris et sans fils n’ont pas d’avenir.

Pourtant le livre de Ruth, en quatre chapitres, ouvre un avenir inespéré. Noémie, qui se plaint de l’abandon de Dieu, pourra compter sur Ruth, l’une des deux belles-filles. Ruth s’engage envers le Dieu de Noémie à une fidélité sans faille: «Ton peuple sera mon peuple, ton Dieu sera mon Dieu (…) Que l’Eternel me traite avec la rigueur la plus extrême si rien d’autre que la mort ne me sépare de toi» (Rt 1,17).

Noémie prend ensuite le pouvoir sur Ruth! Elle envoie sa belle-fille glaner les épis laissés par les moissonneurs. Un de ses proches parents, Booz, remarque la jeune femme, la protège, lui donne de l’orge et du blé. Noémie la pousse même à une action-séduction: elle envoie Ruth maquillée et parée, de nuit, au pied de Booz endormi après la moisson. Touché par l’intérêt et par la fidélité de Ruth pour sa belle-mère Noémie, celui-ci décide de «racheter» les biens du défunt mari de Noémie, et prend Ruth pour femme, comme le recommandent les lois de l’époque. L’héritage demeure en famille, car Ruth conçoit un fils. Il sera élevé par Noémie et reconnu par le voisinage et le village comme fils d’Israël.

Epilogue et finalité du récit: ce fils d’une femme païenne méritante sera le grand-père du roi David, ancêtre de Jésus. L’opération-descendance est orchestrée par Noémie, servie par le dévouement de Ruth, sa belle-fille moabite.

Postérité

Noémie devint, grâce à sa belle-fille Ruth, l’arrière-grand-mère du roi David et ancêtre de Jésus. C’est par elle que l’enfant d’une païenne fut reçu comme membre du peuple d’Israël.

L’anecdote 

Ruth disparaît de l’action finale, car le fils conçu avec Booz est récupéré par Noémie qui l’élève. Les voisines proclament : «Un fils est né à Noémie!», et ce sont elles qui choisissent son nom : Obd.

Le message pour aujourd’hui

Toute l’attente pour l’avenir est ici concentrée sur la descendance et la famille, affaire de femmes. Mais le texte utilise les termes de «sauveur», de «libérateur» et de «racheteur» pour évoquer cet avenir. Derrière le sens littéral du rachat des biens des défunts et de la femme se profile déjà le salut, qui va se poursuivre avec un futur descendant de cette lignée: Jésus. Son arbre généalogique croît par cet engagement des femmes pour assurer un avenir, rendu possible par une étrangère qui sut écouter sa belle-mère! Les voies que choisit Dieu sont imprévisibles et inédites: là où il n’y avait plus d’avenir, c’est une étrangère qui l’apporte. L’arbre généalogique de Jésus est métissé bien avant sa venue.

Le verset

«Et les femmes dirent à Noémie : ’Béni soit l’Eternel, qui ne t’a pas refusé aujourd’hui un libérateur; que son nom devienne célèbre en Israël  Il consolera ton âme et soutiendra ta vieillesse; car c’est ta belle-fille qui l’a enfanté, elle qui t’aime et qui vaut mieux pour toi que sept fils» (Rt 3,15).

Pour aller plus loin

La judéité se transmet (encore aujourd’hui) par la mère. Ruth – qui est païenne – est donc dessaisie de l’enfant. Noémie endosse le rôle de mère adoptive et le chœur des voisines s’en fait témoin: l’ancêtre de Jésus devient un vrai juif.