Priscille, la femme d'Aquilas

© Laura Fournier
i
Priscille, la femme d'Aquilas
© Laura Fournier

Priscille, la femme d'Aquilas

Fifamé Fidèle Houssou Gandonou
28 mai 2019
Dévouée et responsable
Nommée à six reprises en même temps que son mari dans les récits bibliques, Priscille porte un nom qui n’est pas anodin et qui signifie petite vieille. Cette supposée vieillesse que traduit son nom la rend sage, légitime dans son charisme et son dévouement pour l’annonce de l’Evangile. Disciple active, elle a souvent été considérée dans l’histoire de l’Église comme le premier exemple de femme enseignante.

Priscille était l’épouse d’Aquilas. Les deux étaient de célèbres compagnons fidèles de Paul et partenaires de sa mission apostolique. Les deux apparaissaient comme un couple atypique pour leur temps. Contrairement à l’usage de l’époque, Priscille est toujours citée avec son mari dans les récits bibliques. A travers son personnage, ces récits laissent entendre que l’activité des femmes autour de Paul dépassait le simple cadre de la femme au foyer ou de l’engagement diaconal, rôles dans lesquels les femmes étaient d’ordinaire cantonnées.

En revanche, Priscille bénéficie d’une caution masculine si forte qu’elle en est presque affranchie. Le fait qu’elle soit toujours mentionnée en premier (Actes 18, 2, 26 ; 1 Corinthiens 16, 19) – là aussi, ce n’était pas l’usage – montre qu’elle n’était pas seulement l’assistante de son mari, mais sa franche collaboratrice et partenaire de mission, celle qui avait une autorité spirituelle particulière.

Les textes présentent Priscille comme formant un duo efficace et épanoui avec Aquilas (Actes 18,24-26 et Romains 16,3-4), et leur couple pourrait être une source d’inspiration pour toute personne appelée à travailler en équipe mixte.

Disciple de Paul, elle fait preuve de tact, d’imagination et d’esprit d’initiative pour former des ministres de la Parole. Faisant surgir des communautés chrétiennes partout où elle s’arrête, Priscille contribue remarquablement à l’expansion de l’Eglise. L’engagement d’Aquilas aux côtés de Priscille et vice versa constitue une importante action d’époux chrétiens à la promotion de l’Évangile et un modèle d’une vie conjugale dévouée de manière responsable au service de toute la communauté chrétienne. 

«Saluez de ma part Prisca et Aquilas, mes compagnons de travail en Jésus-Christ, eux qui ont risqué leur tête pour me sauver la vie; je ne suis d’ailleurs pas seul à leur avoir de la reconnaissance, toutes les Églises du monde païen en ont aussi; saluez aussi l’Église qui se rassemble chez eux.»
Romains 16, 3-5

Le message pour aujourd’hui

Faire équipe et respecter les charismes individuels pour l’annonce de l’Évangile est une expérience possible et réalisable en couple. Avec Priscille, il est clair que le mariage ne constitue pas une porte fermée à la mission et à l’exercice plénier du ministère, mais plutôt une occasion de réussite et d’épanouissement quand il y a complicité, collaboration et amour mutuel. Le mariage n’exclut pas le développement du leadership féminin. 

Postérité

D’ascendance juive, Priscille et son époux Aquilas étaient originaires du Pont (Turquie) et ont été convertis au christianisme à Rome où ils s’étaient installés. Priscille était comme son mari, fabricante de tentes. 

L’anecdote

C’est bien en tant que couple que Priscille et Aquilas s’engageaient dans la mission avec l’apôtre Paul. Ensemble, ils pratiquaient l’hospitalité, enseignaient l’Evangile (Actes 18,26) et dirigeaient des églises de maison (1 Cor., 16, 19).

Pour aller plus loin

Priscille et Aquilas ont soif d’apprendre, de comprendre la vérité et de vivre la liberté en Christ. C’est ce désir de comprendre le message de l’Evangile qui leur permet de collaborer avec Paul, d’avancer et de continuer ce que Paul a commencé. Partout où ils sont allé, ce couple a ouvert sa maison (Corinthe, Ephèse, Rome...). Leur objectif était l’annonce de l’Evangile.

Aller à Christ, c’est être appelé(e) à aller et à faire des disciples (Mat. 28.19) ; c’est aussi utiliser notre position d’influence pour former les autres afin que l’enseignement soit plus efficace.