L’Église catholique fait son mea culpa