Inde : le business des vaches sacrées 

i
[pas de légende]

Inde : le business des vaches sacrées 

20 mai 2019
L'abattage des vaches est une question sensible dans ce pays à 80% hindou, où de simples rumeurs peuvent mener à des violences meurtrières stigmatisant les 15% d’Indiens musulmans qui dirigent en grande majorité les abattoirs. 

En Inde, seuls 7 Etats sur 29 autorisent encore l’abattage. Une situation paradoxale alors que l’Inde est le premier exportateur de viande bovine au monde. Une viande qui provient des buffles noirs autorisés à l’abattage. 

Pourtant, prendre la défense des vaches, élevées avant tout pour produire du lait, est une mesure très populaire dans l’Inde rurale qui pourrait peut-être permettre au BJP, le parti nationaliste actuellement au pouvoir, de remporter les prochaines élections générales du mois de mai.  

Le risque : stigmatiser les 15% d’Indiens musulmans qui dirigent en grande majorité les abattoirs dans tout le pays. 61 agressions ayant causé la mort de 28 Indiens à majorité musulmane, ont déjà été recensés, sur la base de rumeurs les accusant de manger du bœuf. 

De leur côté, les nationalistes hindous tentent de développer un fructueux business par la transformation de l’urine et des excréments de l’animal en médicaments aux vertus miraculeuses. L’urine guérirait le cancer et contiendrait de l’or… 

Enquête au pays de la vache sacrée, écartelé entre nécessité économique et récupération nationaliste. 

 

A écouter également

A voir également