Tout a commencé avec les soupes pour drogués

IStock
i
L'Eglise ouverte de Berne, face à la gare, a commencé avec la distribution de soupe pour les toxicomanes, en 1999.
IStock

Tout a commencé avec les soupes pour drogués

Heimito Nollé, ref.ch
6 septembre 2019
Au milieu de la scène de la drogue des années 90, l’Église du Saint-Esprit à Berne, sur la place de la gare, a commencé à distribuer de la soupe aux nécessiteux. Ce furent les débuts de l'Église ouverte. Bilan, à l’heure de son 20e anniversaire, qui a été fêté jeudi 5 septembre.

L’Église du Saint-Esprit de Berne est actuellement l'une des églises les plus vivantes de Suisse. L'année dernière, elle a accueilli environ 70 000 visiteurs. Un public urbain haut en couleurs se déplace ici : des membres de l'église, des touristes, des spectateurs de concerts, mais aussi des demandeurs d'asile ainsi que des personnes sans domicile fixe. Ce qui en fait un centre ecclésiastique dynamique au cœur de Berne, ouvert à tous, sans distinction de religion, d'origine ou de statut social.

L'idée d'une église pour tous est née à la fin des années 90. A cette époque, une partie de la scène bernoise de la drogue s'était déplacée vers les environs de l’Église du Saint-Esprit. Des drogués, des alcooliques et des sans-abris s'asseyaient sur l'escalier de l'église. Les descentes de police étaient fréquemment à l’ordre du jour.

Renate von Ballmoos, alors pasteure dans la congrégation du Saint-Esprit et co-initiatrice de l'Église ouverte, se souvient bien de cette époque. «Les escaliers étaient si pleins qu'il était presque impossible de les franchir. Parfois, on me proposait des substances sur le chemin de l'église.»

Voix sceptiques

Une situation intenable pour la congrégation de l'église, mais surtout pour les nombreux toxicomanes. «Le besoin de ces gens était grand, et c'est ainsi qu'est née l'idée d'ouvrir l'église deux fois par semaine pour leur offrir une soupe chaude», relate Renate von Ballmoos. Certains membres du Conseil paroissial, cependant, étaient sceptiques à l'idée: «Certains avaient simplement peur pour le bâtiment. On craignait que les toxicomanes vandalisent l'église.»

Cependant, la majorité du conseil paroissial a soutenu le projet et l'a finalement approuvé. Au printemps 1998, la soupe a été servie pour la première fois dans l’Église du Saint-Esprit. «Nous voulions renforcer le sens de la communauté et installer un long banc avec des tables dans l'église. Tout le monde y mangeait ensemble», poursuit la pasteure. La plupart du temps, ça allait et venait paisiblement. «Si l'un d'eux devenait fou, les autres le rassuraient en lui disant qu'il était ici dans une église.»

Chiens et alcool au sein de l'église

L'Église ouverte a été officiellement inaugurée à l'automne 1999. Selon le pasteur Hansueli Egli, également membre de la commission qui a développé le concept de l'Église ouverte,la distribution de la soupe constituait un test. Le réformé avait d’ailleurs déjà aidé à mettre en place la soupe populaire.  «Le projet représentait un défi en termes d'organisation et de personnel», formule-t-il. «La ruée vers les repas était énorme, et il n'était pas toujours facile de traiter avec les dépendants. Il était déjà arrivé qu'il manque un portefeuille après les repas ou que les invités apportent des chiens et de l'alcool à l'église.»

Cependant, le pasteur à la retraite se souvient surtout des moments amusants. Par exemple, la connaissance d'un toxicomane, qu'on appelait aussi Egli. «Quand j'allais à l'église, il m'interpellait: "Egli, c'est mon église! ", et je lui répondais: "Egli, c'est aussi un peu la mienne!"»

Une longue tradition

Le concept de la soupe populaire est également devenu un succès, car les offres de nourriture pour les personnes marginalisées en milieu urbain étaient rares dans les années 1990. De plus, les toxicomanes de l'église ont trouvé une oreille attentive à leurs inquiétudes.

«Bien sûr, cela n'a pas fait disparaître la drogue», admet Renate von Ballmoos. Mais ils ont réussi à désamorcer la situation. «Avec les jours de soupe, nous avons sorti les toxicomanes de leur anonymat. Cela a aussi permis aux fidèles de mieux comprendre ces personnes.»

Aujourd'hui, la distribution de soupe n’est plus nécessaire, la scène de la drogue autour de l’Église du Saint-Esprit a disparu. Cependant, l'Église ouverte est toujours un lieu pour les marginalisés et les faibles de la société. En 1228, les frères hospitaliers du Saint-Esprit fondèrent une église hospitalière où les malades et les pauvres étaient soignés. A cet égard, l'Église fête cette année non seulement son vingtième anniversaire, mais aussi une très longue tradition.

20 ans d'Église ouverte à Berne

L'Église ouverte de Berne a été ouverte en 1999 sous la devise «Ouverte à tous» dans les locaux de l’Église du Saint-Esprit (Heiliggeistkirche), place de la gare. Trois ans plus tard, l'association «Offene Heiliggeistkirche» est créée.

Parmi les membres fondateurs figuraient les paroisses évangéliques réformées de Berne, les catholiques-romains, catholiques-chrétiens ainsi que la communauté juive. Conformément à sa mission, elle défend les droits de l'homme et la dignité humaine, en particulier ceux des personnes défavorisées.