Retrouver le silence en soi

© DR
i
Nils Phildius, pasteur, accompagnateur psychospirituel et formateur d’adultes, responsable de la Maison bleu ciel au Grand-Lancy, Genève
© DR

Retrouver le silence en soi

Interiorité
Selon Nils Phildius, notre stress provient de notre attachement excessif aux objectifs que nous voulons atteindre. Pour cesser de nous identifier à nos projets, il s’agit de redécouvrir notre être profond au travers du silence intérieur.

A vos yeux, le stress est une maladie spirituelle. Comment se développe-t-elle?

Le stress est produit par des pensées répétitives, parfois inconscientes, qui sont en fait des croyances, des histoires que nous nous racontons. Par exemple : « Je dois me dépêcher pour atteindre les objectifs que je me suis fixés. » Et nous allons imaginer toutes sortes de scénarios catastrophe : « On va penser que je suis nul, échouer devant les autres et avoir honte. » A force de dramatiser, ces pensées peuvent produire un sentiment d’étouffement.

Concrètement, quel remède proposez-vous?

Je propose une pratique spirituelle inspirée de l’hésychasme byzantin, une tradition de prière très ancienne de l’Eglise orthodoxe, développée par les pères du désert puis popularisée par la philocalie au XVIIIe s. Elle se résume en trois consignes fortes : assieds-toi ; fais silence ; respire. L’immobilité extérieure du corps conduit au recueillement intérieur. Parfois, il peut aussi être bon de chantonner une prière de manière répétitive. Par exemple, ce chant de Taizé : « Jésus, le Christ, ne laisse pas mes ténèbres me parler. »

Comment cette attitude peut-elle nous libérer du stress?

Notre stress est généré par notre ego qui se préoccupe de sa survie. Cette préoccupation est tout à fait légitime, sauf lorsqu’elle devient envahissante et remplit tout l’espace de notre conscience : nous créons alors nous-mêmes notre stress. La méthode que nous proposons à la Maison bleu ciel permet d’observer ces pensées et de nous en distancier. En découvrant qu’elles ne constituent pas tout notre être, nous nous relions à un espace calme qui existe en nous.

N’est-il pas utopique de vouloir se soustraire à la réalité?

Si nous nous identifions entièrement à nos préoccupations, tout notre moi en dépend, ce qui va générer de l’angoisse. Or, nos actions ne constituent pas toute notre vie. Notre être profond est bien plus que cela. C’est une question d’équilibre : ne pas se laisser engluer dans les difficultés concrètes, et ne pas non plus nous sentir déjà au ciel. Nous invitons les personnes à s’engager dans la vie sans s’identifier à leurs pensées ou leurs actions. 

La Maison bleu ciel

Ce lieu d’accueil propose une «heure bleu ciel» mensuelle, avec des temps de silence, de méditation, de chants et d’échange :
Le dim 11 nov à 10h, rencontre «Respirer au cœur du stress.»
Dates suivantes : 9 déc 2018 à 10h, veillée de Noël le 24 déc à 23h, puis les 13 janvier, 3 février, 3 mars, 7 avril, 5 mai, 9 juin 2019 à 10h et le jeudi 18 avril à 19h. Ouvert à tout-e chercheur-se spirituel-le.

Participation libre sans inscription.

Adresse : rte de Grand-Lancy 69, 1212 Grd-Lancy.

Renseignements : www.maisonbleuciel.ch, 022 794 70 90.

Où cours-tu? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi !

Le sam 24 nov de 9h à 16h au centre paroissial Les Horizons, av. des Eules 9 à Nyon : Journée de spiritualité animée par Nils Phildius et Alain Wyss, pasteur et responsable de la formation des adultes pour la région La Côte.

Inscriptions et renseignements : alain. wyss@eerv.ch ou 021 331 57 55.