Aux Etats-Unis, des athées choisissent de se "débaptiser" pour renoncer à leur religion d'enfance

crédit photo
i
[pas de légende]

Aux Etats-Unis, des athées choisissent de se "débaptiser" pour renoncer à leur religion d'enfance

22 juillet 2009
Washington (ENI) Des chrétiens se font "débaptiser" aux Etats-Unis. De fausses cérémonies sont célébrées dans au moins quatre Etats.

Une audiotypiste médicale de 32 ans a franchi une étape radicale, qui n'était pas possible auparavant. Elle s'est fait "débaptiser", indique l'agence de presse Religion News Service. Jusqu'à l'été dernier, Jennifer Gray, de Colombus dans l'Ohio, se considérait comme une "chrétienne faible". Son baptême, reçu à l'âge de 11 dans une église du Kentucky, perdait en signification à mesure qu'elle cessait de croire en Dieu, ne pouvait-elle que constater.

Au cours d'une fausse cérémonie - célébrée aujourd'hui dans au moins quatre Etats - un "prêtre" en robe a utilisé un sèche-cheveux sur lequel était écrit "raison" pour sécher l'eau du baptême une fois pour toutes. Plusieurs dizaines de participants ont ensuite pris des "dé-sacrements" (des biscuits avec du beurre de cacahuète) et ont reçu un certificat assurant qu'ils avaient "librement renoncé à une erreur passée, et accepté la raison en délaissant la superstition".

Coming out athée

La joyeuse "Fête du coming out athée et surboum de la débaptisation", qui s'est déroulée en 2008, à Westerville dans la banlieue de Colombus, avait un objectif qui dépassait la simple parodie d'un rite chrétien, selon Jennifer Gray. "Cela m'a vraiment fait l'effet d'une thérapie", a-t-elle déclaré dans une interview. "C'était une chance de rire des stupidités auxquelles je croyais dans mon enfance. Cela m'a aidé à admettre que ce n'était pas mal de penser comme je pense et de ne pas avoir de croyances religieuses."

Au cours de l'année passée, les cérémonies de "débaptisation" ont attiré jusqu'à 250 participants, lors de conventions d'athées dans l'Ohio, au Texas, en Floride et en Géorgie. Certains de ceux qu'on appelle les "débaptisés" utilisent leur certificat pour demander à leur Eglise de retirer leur nom des registres de baptême. Ils affirment qu'on les a baptisés sans leur consentement dans leur enfance et qu'ils doivent désormais être déclarés débaptisés.

Cependant, certaines Eglises ne prennent aucune mesure concernant un sacrement qu'elles considèrent comme irréversible. Gary Mueller, un athée, a envoyé par courrier son certificat de débaptisation à l'église Saint- Bonaventure de Concord, en Californie, demandant d'être rayé du registre de baptême. L'église lui a répondu qu'elle ne pouvait pas accéder à sa demande.

Pas possible de "défaire un baptême"

"Bien que nous ne retirions pas les noms des gens des registres de baptême, nous pouvons inscrire à côté de votre nom que 'vous avez quitté l'Eglise catholique romaine'", a répondu le père Richard Mangini dans un courriel. Dans la théologie chrétienne, il n'est pas possible de défaire le baptême.

Les efforts de débaptisation s'accentuent partout dans le monde ces dernières années. Plus de 100 000 Britanniques ont téléchargé le certificat de débaptisation sur le site de la National Secular Society entre 2005 et 2009, selon Stephen Evans, militant de cette organisation attachée à la défense de la laïcité. Plus d'un millier d'Italiens ont demandé un certificat de débaptisation avant la Journée de la débaptisation qui a été célébrée en Italie en 2008, selon l'Union italienne des athées et agnostiques rationalistes. Les cérémonies publiques célébrant la débaptisation semblent cependant n'être qu'un phénomène essentiellement américain.