En réforme pour toute la journée

crédit photo
i
[pas de légende]

En réforme pour toute la journée

14 septembre 2010
[pas de chapeau]
Il faut réformer la France ! Nicolas Sarkozy n’a pas arrêté de marteler ce slogan qui l’a finalement porté à la présidence de la République en 2007. Plus de trois ans après, tout le monde proteste contre les réformes : celle des retraites, mais aussi de la fonction publique ou de l’enseignement.


Chronique par Gabriel de Montmollin*


« Réforme », « protestation », une mise au point s’impose. Je suis protestant et je pense que les Eglises devraient réclamer des droits d’auteur quand d’autres qu’elles utilisent des termes qu’elles ont mis sur le marché.

Au XVIème siècle, Luther et Calvin ont réussi à réformer l’Eglise et ont conduit des peuples à protester contre la mainmise du prince sur la liberté de croire. Alors bon, je proteste et j’aimerais que les avocats conjoncturels de la réforme réforment l’utilisation à tout crin de ces deux marques déposées.

Sarkozy devrait plutôt encourager la révolution, le terme conviendrait mieux à la fatale loi du retour qui ramène au même point de départ toutes les initiatives qui ont cherché à changer les choses en France. Et les éternels rouspéteurs qui protestent devraient plutôt consacrer leur énergie à tester réellement les changements qu’on leur suggère. Prenons par exemple le rallongement de l’âge de la retraite. J’ai 51 ans et deux de mes contemporains m’ont dit leur intention de demander une retraite anticipée dans cinq ou six ans. Ça me fout les foies tellement ça ne me rajeunit pas.

En même temps, je trouverais juste que l’on ne s’attarde pas trop dans nos métiers afin de laisser la place aux jeunes qui arrivent sur le marché, surtout si la prochaine révision de l’assurance-chômage est acceptée par le peuple suisse le 26 septembre.

Dans ce cas, les 20-30 ans qui ne trouveront pas d’emplois stables risquent de peser lourdement sur le budget familial ou les ressources de l’assistance publique. Au lieu de les autonomiser en s’inspirant de la Réforme protestante qui émancipa les peuples des tutelles d’une Eglise patriarcalissime, cette réforme-là va assujettir un nombre significatifs de jeunes Suisses à la condescendance de l’Etat, ce prince tentaculaire qui embrasse mal à force de trop étreindre. Espérons que les jeunes protesteront sec pour réformer cet avenir.

REPERES :

Gabriel de Montmollin

Plat préféré : loup de mer

Auteur préféré : Philip Roth

Sports préférés : aviron et foot

Ville préférée : Sienne

Animal préféré : chat

Chiffre préféré : 9

Voiture préférée : vélo

Théologien préféré : Luther


Citation préférée :

« J’aurais voulu écrire une chanson d’amour, pleine de bons sentiments, de départs, de retours, enrobée de violons et de chœurs et d’échos, enfin bref une chanson qui passe à la radio » (Bernard Lavilliers).



1959 : Naissance à Neuchâtel

1985 : Licence en théologie

1989-1992 : Trois ans au Proche-Orient avec le CICR

1991-1993-1995: Naissances de Juliette, Robinson et Leonora

1992 : Directeur de Labor et Fides

2002 : « Un ange passe » à Expo.02