Les requérants d’asile déboutés préoccupent les Églises réformées Berne-Jura

©cloverphoto / iStock
i
Un jeune migrant derrière une clôture. Image prétexte.
©cloverphoto / iStock

Les requérants d’asile déboutés préoccupent les Églises réformées Berne-Jura

12 novembre 2018
Le futur centre de retour pour requérants d’asile déboutés de Prêles, dans le Jura bernois, a fait l’objet de discussions fournies lors du Synode d’automne des Églises réformées de l’arrondissement jurassien.

Réunis en assemblée samedi à La Neuveville, les délégués au Synode de l’arrondissement jurassien des Églises réformées Berne-Jura-Soleure ont été informés des derniers développements relatifs à l’ouverture du centre d’asile pour requérants déboutés de Prêles. Celui-ci devrait ouvrir ses portes en juin prochain. Toutes les personnes dont les demandes d’asile ont été rejetées par le canton de Berne seront envoyées dans l’ancien foyer de rééducation du Plateau de Diesse. Ces requérants ne bénéficieront plus de l’aide d’urgence, mais uniquement de prestations en nature.

«Ils recevront des repas et des vêtements, mais pas d’argent», a expliqué Katrin Buchmann, directrice de l’Office de consultation sur l’Asile (OCA) venue spécialement présenter le dossier. Elle estime qu’environ 400 personnes transiteront par le nouveau centre sur une période très courte. «Le but de la Confédération est de rendre le séjour en Suisse moins attractif pour les requérants déboutés, dans des lieux qui se situent hors des villes, afin de les inciter à quitter le pays», a-t-elle ajouté. Le directeur du Centre social protestant Berne-Jura Pierre Ammann a souligné que l’ouverture prochaine de ce centre est une conséquence directe de la votation concernant le durcissement de la loi fédérale sur l’asile, votée par le peuple en 2016. «La question n’est pas de savoir si nous sommes pour ou contre de tels lieux, nous devrons composer avec dans les années à venir.»

Inquiétude de la population

L’annonce de l’ouverture de ce centre a suscité la polémique parmi les habitants du Plateau de Diesse. Plusieurs citoyens ont jugé que le projet était démesuré par rapport au nombre d’habitants du petit village de Prêles. Le projet de base prévoyait d’accueillir seulement une centaine de requérants. Ils ont créé un comité qui a lancé une pétition, tout en stipulant ne pas être opposé à l’accueil des migrants. Les différentes Églises de la région se sont déjà rencontrées pour parler de la situation : «Dans un premier temps, il nous faudra entrer en dialogue avec les communes et les personnes du comité d’opposition», a noté la pasteure de Nods Solveig Perret Almelid. «Nous essaierons ensuite de savoir quels sont les besoins réels des personnes qui fréquenteront le centre et verrons ce que l’on peut mettre sur pied, que cela soit des services de visites ou des activités sportives», a-t-elle ajouté.

La présidente de la commission migration Sylviane Zulauf Catalfamo a informé qu’une rencontre destinée à élaborer des projets se ferait le 1er décembre prochain en présence des acteurs des Églises de tous l’arrondissement. «Certains voient ce lieu comme une prison à ciel ouvert. Notre rôle consistera à rendre cette situation un peu plus humaine». La présidente craint également que de nombreux requérants déboutés ne montent jamais dans ce centre et disparaissent dans la nature venant ainsi grossir le chiffre des sans-papiers. Le pasteur de Rondchâtel Daniel de Roche a ajouté qu’il était très important pour les Églises de lutter pour un droit de retour dans la dignité. Le pasteur de Corgémont-Cortébert David Giauque a pointé certains politiciens du doigt qui ont accepté de rénover le foyer de rééducation de Prêles à grands frais, alors que les cuisines de ce dernier ne seront même pas accessibles aux requérants déboutés. Il a également interpellé la commission migration sur la question des migrants en détention administrative à la prison de Moutier.

La collecte de Noël des Églises réformées Berne-Jura-Soleure sera destinée à financer des projets en lien avec le centre de requérants déboutés.

Le Synode en bref

Les délégués à l’assemblée ont, entre autres, accepté le budget 2019 de 1 247 400 francs dont 200 000 francs seront ponctionnés sur la fortune, les réserves étant actuellement suffisantes pour permettre une telle opération. Une vision financière à moyen et long terme devra toutefois se faire dans les prochaines années.

Lors du culte synodal, Leïla Sieber a été installée dans sa fonction d’animatrice jeunesse connexion3d pour la région sud (Rondchâtel, Bienne, La Neuveville, Nods, Diesse). Depuis peu, Tatiana Vuilleumier s’occupe du secrétariat du Conseil du Synode jurassien, elle succède à Josiane Voumard. Les comptes du projet Cantates de Bach, mis sur pied dans le cadre du Jubilé des 500 ans de la Réforme, ont été bouclés avec un déficit de 8000 francs. Une garantie de déficit de 40 000 francs avait été prévue. La prochaine journée d’Église «Osez le jour» qui se déroulera le 4 mai prochain au Centre de Sornetan aura pour thème «Osez le Sud – Changer de latitude, changer d’attitude».

Le CSP poursuit son travail d’intégration

En parallèle du Synode, se tenait l’assemblée du Centre social protestant (CSP) Berne-Jura. Parmi ces différentes activités en cours, les responsables ont notamment informé sur l’extension de son secteur professionnel gastronomie à Bienne. L’ancien restaurant d’entreprise du groupe Gassmann situé aux Champs de Boujean a été repris par le CSP au 1er septembre 2018. Le bâtiment qui abrite les locaux biennois du CSP accueillera dès 2019 des personnes relevant de l’aide social qui pourront bénéficier d’un programme d’occupation et de réinsertion. Le CSP se positionne également comme partenaire pour un appel d’offre de l’Office des affaires sociales du canton de Berne qui vise à accroître l’intégration professionnelle des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire.

Mesures d’économies au Centre de Sornetan

Le Centre de Sornetan fermera ses portes du 18 novembre au 24 janvier 2019. Cette mesure destinée à faire des économies durant la saison creuse aura malheureusement des conséquences désagréables pour le personnel. Plusieurs travaux de rénovation seront effectués durant cette période. Un riche programme de formation est prévu en 2019. Plusieurs journées destinées à apprendre à communiquer avec les réseaux sociaux en Église seront proposées. Les formations pour les familles se poursuivront avec un nouveau volet destiné spécifiquement aux grands-parents. La formation à l’écoute et la narration biblique seront également à l’honneur.

i
Les délégués au Synode ont pu partager un repas à la Cave de Berne de la Neuveville.
Nicolas Meyer