Reprendre le souffle par la prière

© DR
i
Une "respiration spirituelle" à la HET-PRO
© DR

Reprendre le souffle par la prière

David Bouillon
1 novembre 2018
Recueillement
«Le stress touche aussi les gens de foi, y compris les professeurs et étudiants d’une école de théologie», explique David Bouillon, professeur à la Haute Ecole de théologie en Suisse à Saint-Légier (HET-PRO). Occasion pour notre journal de donner la parole à un enseignant de ce nouveau lieu d’enseignement protestant.

Dès le début de ses activités, la HET-PRO a instauré chaque midi une «respiration spirituelle» de quinze minutes. Lecture antiphonée du Psaume du jour (liste de la Ligue pour la Lecture de la Bible) et d’un passage d’Evangile (lectionnaire catholique). Celui ou celle qui préside est libre d’inviter au silence, de proposer un refrain ou de conduire un temps de prière libre. L’essentiel est de reprendre souffle, comme la longue tradition monastique du christianisme nous en donne l’exemple. A la suite de la Fraternité des Veilleurs, de Taizé et de nombreuses communautés de sœurs protestantes, nous mettons en œuvre l’adage bénédictin : «Prie et travaille…». L’ordre des mots a ici toute son importance : en premier, prier ! Faire ce choix, c’est décider que les réalités d’ici-bas et la pression du quotidien ne sont pas toutes-puissantes sur nos vies. S’arrêter pour prier, c’est mettre une limite à tout ce qui vient encombrer notre quotidien. Cette prise de conscience est renforcée par l’affirmation «pour qu’Il règne». Dieu, tel que Jésus nous le révèle, ne cherche pas à mettre nos vies sous pression mais à leur redonner cet horizon de liberté qui caractérise le «Royaume des cieux». Le stress, en particulier quand il est lié à des situations où nous nous découvrons impuissants, commence à perdre de son emprise quand nous prenons conscience que Dieu reste celui qui nous conduit vers le repos. Ce repos, plus qu’un relâchement, est une reprise de souffle. Là où le stress fait grandir l’angoisse au point de mener à l’effondrement (burn out), le repos permet d’entendre une parole inspirante qui nous rend notre valeur. 

L'esprit des Béatitudes

«Maintiens en tout le silence intérieur.» Il s’agit de ne pas laisser nos émotions prendre toute la place. Même si en nous tout crie à l’injustice, nous sommes invités à maintenir nos émotions sous contrôle. C’est ce qui nous est rappelé par «l’esprit des Béatitudes». Là où le stress contracte le corps, l’âme et l’esprit, la joie déride et détend. Là où le stress nous pousse à compenser par divers abus, la simplicité se pose en antidote. Là où le stress nous incite à douter des autres ou à les prendre en grippe, la miséricorde nous oblige à changer de regard et d’attitude à leur encontre.

Prière

«Prie et travaille pour qu’Il règne. Que dans ta journée, labeur et repos Soient vivifiés par la Parole de Dieu. Maintiens en tout le silence intérieur. Pour demeurer en Christ Pénètre-toi de l’Esprit des béatitudes: Joie, Simplicité, Miséricorde.»

L’origine de cette prière est incertaine. Son début remonte assurément à saint-Benoît (Ve – VIe s. ap. J.-C.). Le texte aurait été retravaillé par le pasteur Wilfred Monod au début du XXe siècle puis repris par diverses communautés dont Taizé, Pomeyrol, Grandchamp, Reuilly, etc.