Un espace interreligieux aux HUG

© Alain Grosclaude
i
Les quatre alvéoles lumineuses qui accueillent les traditions chrétienne, israélite, musulmane et humaniste peuvent être déplacées afin de libérer l’espace pour des célébrations communes.
© Alain Grosclaude

Un espace interreligieux aux HUG

Interreligieux
Un espace de ressourcement pluriconfessionnel permet désormais aux différentes traditions religieuses de se côtoyer en attendant de partager des temps en commun.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont inauguré mercredi 18 septembre un lieu unique en Suisse: un espace de ressourcement pluriconfessionnel destiné à la fois aux patients, à leurs proches et aux collaborateurs. Ce projet ambitieux et novateur a été imaginé dans le cadre de sa thèse par le pasteur Jérémy Dunon, coordinateur de l’aumônerie protestante.

Ce nouveau lieu de recueillement et de silence a été réalisé en partenariat avec les six aumôneries des HUG (Eglises protestante, catholiques romaine et chrétienne, orthodoxe ainsi que les communautés israélite et musulmane). Il vise à favoriser la rencontre entre les différentes sensibilités religieuses, ainsi que les non-croyants. «Il faut oser assumer nos différences. Il est possible de célébrer ensemble et de s’adresser à l’unique; chacun le nommant différemment», explique Jérémy Dunon.

Quatre sous-espaces amovibles

Ce qui nous rassemble est plus fort que ce qui nous divise, tel pourrait être la devise à l’origine de ce projet, qui s’est inspiré du seul espace similaire existant en Europe, à Utrecht, aux Pays-Bas. Située juste en face de la chapelle oecuménique du site de Cluse-Roseraie – qui reste bien évidemment en service, notamment pour les méditations oecuméniques qui ont lieu chaque matin –, la salle de 272 m2 est divisée en quatre sous-espaces.

Ces quatre alvéoles lumineuses, esthétiquement très réussies, sont destinées à accueillir les traditions chrétienne, israélite, musulmane et humaniste. Elles peuvent facilement être déplacées afin de libérer la surface entière, pour des temps en commun. «Nous ne voulons pas rester côte à côte. Nous avons, bien évidemment, la volonté de faire des choses ensemble. Et nous sommes absolument en mesure de le faire», assure Jérémy Dunon. Les cadeaux de Noël à tous les patients hospitalisés sont déjà distribués de manière interreligieuse.

Pour l’heure, tout reste encore à inventer. Cela se fera certainement sous forme de célébrations interreligieuses, et plus seulement oecuméniques comme aujourd’hui, pour marquer des temps importants de l’année et des événements majeurs. Cela est à mettre en place. «C’est l’un des défis de cette salle, imaginée pour renforcer le dialogue interreligieux. Grâce à l’aboutissement de ce projet, le moment est propice pour réactiver des célébrations interreligieuses, comme il y en a eu il y a quelques années», partage Jérémy Dunon.

Dans la ligne de l’Esprit de Genève

Jérémy Dunon précise que le long cheminement – quatre ans ! – pour passer du concept à l’inauguration a encore renforcé les liens déjà étroits qui unissent les différentes aumôneries. «C’est peut-être bien cela l’Esprit de Genève», conclut le directeur des HUG, Bertrand Levrat. Ce lieu a été entièrement financé – 400 000 fr. – par la Fondation privée des HUG.