Retraites, chaînes de prière, méditation:Le retour à la prière, plus qu'une mode ?

Pixabay
i
La prière revient en force dans notre société sécularisée
Pixabay

Retraites, chaînes de prière, méditation:Le retour à la prière, plus qu'une mode ?

22 juillet 2003
On est en plein paradoxe: alors même qu’on perd Dieu de vue et qu’on n’apprend plus à prier aux enfants, on assiste à un regain d’intérêt pour la prière

Des chaînes de prière se tissent à travers tout le pays, avec des objectifs divers, dont la paix. Les stages de méditation chrétienne se multiplient, les sites d'intercession sur Internet sont très fréquentés, les retraites dans des monastères pour retrouver comment «se tenir dans la simple présence de Dieu» ont la cote et affichent complet pendant les vacances d'été. De Crêt-Bérard au Carmel de Mazille, petit tour d'horizon.

Un souffle pour ne pas perdre pied

«La prière est pour moi un souffle, pas une liste de courses faites à Dieu!» La quarantaine, mère de trois enfants, Catherine s’est convertie lors de la venue d’un prédicateur sud-américain à Lausanne et a rejoint une assemblée évangélique proche du pentecôtisme. Elle a mis sur pied dans son quartier un groupe de prière qui réunit tous les quinze jours des voisines venues d’horizons confessionnels différents. « La prière nous permet de nous positionner spirituellement et de ne pas perdre pied ».

Catherine fait aussi partie d’un réseau d’intercession international d'origine américaine, « Mères en Contact » (Moms in Touch), fortement implanté en Suisse avec 350 groupes, et qui vise à protéger tout particulièrement les enfants et les écoliers. Elle croit à l’efficacité de l’intercession pour agir sur les circonstances de la vie et l’envisage comme un «combat spirituel pour faire trembler l’ennemi de Dieu et les serviteurs des ténèbres ».

Prières collectives

On assiste à un véritable regain d’intérêt pour la prière, confirme Soeur Marie-Paule, responsable de l'accueil au Carmel de Mazille près de Cluny, où viennent de partout, et plus particulièrement de Suisse romande, des groupes de jeunes et des hôtes désireux de se ressourcer, et de se plonger avec bonheur dans le silence lors des deux méditations quotidiennes des offices qui rythment les journées.

Président de la Fédération des Eglises et Œuvres Evangéliques (FREOE) qui regroupe 128 Eglises en Suisse, Jean-Claude Chabloz constate également un retour à la prière. « Je suis d’autant plus ravi que l’intercession est devenue collective et moins centrée sur l’individu, donc moins égoïste ».

A Crêt-Bérard, lieu de retraite de l'Eglise évangélique réformée vaudoise, le résident Pierre-André Pouly parle lui aussi de l'émergence réelle d'un goût pour pour la prière silencieuse, méditative et collective. En témoigne le succès grandissant des stages de lecture priée de la Parole (Lectio Divina), forme très ancienne de méditation à laquelle la théologienne Lytta Basset invite à renouer sur les hauteurs paisibles de Puidoux.

Cette lecture ne fait pas appel à la réflexion intellectuelle ni à la discussion, mais vise une intimité avec le texte, dont chacun cherche à se laisser imprégner. Cette approche plus mystique de la prière permet de réapprendre à faire silence en soi, à savourer la présence intérieure, tout en se sentant soutenu par la présence du groupe.

Se «re-poser» en Dieu

«La prière est une bonne façon de se mettre en route», estime Francine Carillo, pasteure à Genève et initiatrice d’offices de prière de style monastique à la chapelle de Champel, qui attirent de plus en plus de participants venus des quatre coins de la ville. «Dans le trop-plein de nos vies, nous avons besoin d’un espace de silence et de méditation», constate-t-elle. «Cette prière du vendredi soir permet de déposer tout ce qui a été lourd dans la semaine et de se re-poser en Dieu», explique-t-elle.

La théologienne est l’une des premières à avoir organisé en Suisse Romande des ateliers de méditation qui s’inscrivent dans la tradition ignacienne. «Plus on est dans une société déboussolée, plus on cherche à donner sens à ce qu’on vit. La voie spirituelle apparaît comme une réponse et un chemin. A travers les méditations, les gens redécouvrent les richesses souvent méconnues et inexplorées de la mystique chrétienne.»

Un engagement intime

Seulement voilà : la prière demande à être apprivoisée. «Elle est un monde mystérieux qui nous échappe, c’est pour cela qu’il est bon d’apprendre à prier et d’être accompagné, sinon on risque de se décourager et de tourner en rond!» reconnaît Jean-Claude Chabloz. De l’avis de tous ceux qui la pratiquent régulièrement, la prière demande de la persévérance, de la régularité, un engagement intime, - si l’on ne sait pas ce que l’on cherche, comment savoir si on l’a trouvé -, une grande disponibilité, une écoute attentive, un décentrement et un abandon.

 Quand je me perds de vue, c’est que je Le regarde.» De façon fulgurante, Simone Weil a tout dit. Un participant au stage de Lytta Basset précise avec ses mots à lui: «Il faut arriver à ne plus se laisser distraire du présent, d’être ouvert à la rencontre, car la prière n’est pas à sens unique.» Il faut laisser la place à l’Autre. Autrement dit: «La prière est pour moi une façon d’être complètement attentive aux signes que la vie me fait», témoigne Francine Carillo.
Pour Soeur Marie-Paule, la prière favorise l'expérience personnelle de la rencontre avec Dieu. Mais il faut aussi accepter qu'elle a des aspects désertiques, où l'imagination seule se manifeste et brouille le silence intérieur.