Où est Charlie ? Où sont les moïses de l’Alliance avec la nature ? (4/5)

Où est Charlie ? Où sont les hérauts de l’Alliance avec la nature ?
i
©Michel Kocher
Où est Charlie ? Où sont les hérauts de l’Alliance avec la nature ?

Où est Charlie ? Où sont les moïses de l’Alliance avec la nature ? (4/5)

19 août 2019

Il y a quelques jours Darius Rochebin posait la question suivante à Greta Thunberg: « si vous aviez Trump face à vous, que lui diriez-vous ? ». La jeune fille répond « Je n’ai rien à lui dire. S’il n’écoute ni la science ni les experts, comment pourrais-je le convaincre ? » Curieux paradoxe : une figure d’antihéros comme cette jeune suédoise, déplorant que l’on n'entende pas les hérauts de l’observation que sont les scientifiques. Avons-nous perdu le nord ?

Dans le domaine de la nature, on est un peu comme avec les BD « Où est Charlie ? ». Il y a foule de figurants et de professionnels de toute sorte, qui s’activent plus ou moins utilement et rendent Charlie peu visible. La récente fête des vignerons l'illustre bien : deux personnages étaient au centre la fête. Un grand-père et sa petite fille. Pour autant leur impact effectif a été secondaire, supplanté par la foule des figurants et musiciens. Ce n’est pas que le jeu ou le texte de ces comédiens fussent médiocres, au contraire, mais leur fonction de héros, bien mise en scène, était noyée par le caractère imposant du spectacle, les empêchant d’être les hérauts d’un message.

 

La nature doit être écoutée, car la Création continue

 

Dans son livre sur l’Alliance avec la nature[1], Catherine Chalier, souligne que pour décoder la nature il faut pouvoir l’interpréter. Pour cette philosophe juive, la nature est une énigme. Elle n’est pas divine, mais elle porte la signature de Dieu, d’une sagesse, qui se donne à l’analyse autant qu’à la contemplation. Et de citer ici le Psaume 19 : « Les cieux racontent la gloire de Dieu ». Au fond qui a l’autorité d’être un interprète de la nature ? Ne serait-ce pas ceux qui respectent son irréductible énigme ? Dans cette famille se trouvent  des profils de tous bords. Des poètes aux scientifiques, en passant par des politiciens et des militants de la société civile, et quelques (trop) rares entrepreneurs. Tous sont aux prises avec une difficulté récurrente. Le message millénaire est devenu inaudible. Tous cherchent de nouveaux codes pour transmettre ce que les croyants ne savent plus exprimer. « La nature doit être écoutée, car la Création continue». Nous sommes au 8e jour de la Genèse.

 

Héraut de la nature et pas héros de la parole

 

Comment renouveler l’alliance avec une nature en creatio continua ? Les politiciens se profilent en « défenseur de la nature ». Les scientifiques adoptent une attitude alliant clarté et humilité. Les poètes, dans l’entrelacs subtil des mots et des récits, parlent en se taisant à la manière du vannier Besson, héros de la Fête des Vignerons de C. F. Ramuz. Les militants de la société civile sont trop ceci ou pas assez cela, à l’instar de l’étonnant Pierre Rabhi. Tous occupent des positions d’élection - et pas toujours électives ! Ils se profilent sur le fond d’un lien personnel à la nature, celui d’un bon interprète, qui veut (ré)instaurer un lien communautaire avec elle, en tant que création continue. Mais le job est frappé de vraies difficultés. Les mieux outillés pour la parole, à l’instar d’un Nicolas Hulot ou d’un Fernand Cuche, n’ont pas forcément plus d’avantages. Qu’une jeune femme autiste et peu charismatique comme Greta Thunberg devienne le héraut d’une mobilisation de la jeunesse donne à réfléchir.

 

Il sait qu’il ne sait pas comment Dieu continue d’agir dans la Création

 

L’élection est une identité difficile : le peuple attend des miracles qui tardent à venir. Si tous les leaders politiques en savent quelque chose, Moïse l’élu de Dieu aussi. Lui qui, avec une bouche et une langue lourdes, ne se sentait pas fait pour le job. Et pourtant il est la figure emblématique, fondatrice d’une alliance dont est issu le décalogue, qui n’est pas le moindre des codes pour nos civilisations. 

Ce qui compte à l’origine de l’alliance dont il est le héraut, c’est la circoncision des lèvres. Elle précède l’alliance des Dix Paroles, du respect des vivants et du Vivant. Un authentique interprète de la nature n’est pas un bavard, c’est d’abord un défricheur qui monte sur la montagne. Dans la foule des donneurs de conseil et autres figurants incontournables, il sait qu’il ne sait pas comment Dieu continue d’agir dans la Création. Mais sa rencontre avec la nature comme Création l’autorise à observer ses énigmes et en décrypter quelques signes.

 

[1] L’Alliance avec la nature, Coll. La nuit surveillée, Cerf, Paris 1989