Ce dimanche, les paroisses suisses prieront pour la Planète

Pixabay/CC0
i
Prier pour la nature
Pixabay/CC0

Ce dimanche, les paroisses suisses prieront pour la Planète

31 août 2018
Les Églises suisses entrent dans un mois de prière et d’engagements pour l’environnement. Menée depuis 2007, l’action «un Temps pour la Création» s’articulera cette année autour du sens du toucher.

À la suite d’un rassemblement œcuménique en 2007, les Églises suisses recommandent de célébrer un «Temps pour la Création» annuel du 1er septembre au 4 octobre. Une période durant laquelle les croyants sont invités à prier pour la protection de la Création et à s’engager pour la promotion d’un mode de vie durable. Par ailleurs, pour l’Église catholique romaine, le pape François a institué le 1er septembre comme journée mondiale de la prière pour la sauvegarde de la Création.

«Dans le protestantisme, les réformés ont beaucoup insisté sur la figure du Christ, du pardon, de la rédemption. Les évangéliques se focalisent sur l’Esprit. Personne n’a vraiment thématisé le Père créateur. Cette figure allait de soi jusque dans les années 1950, la proportion d’agriculteurs était plus élevée et tout le monde avait ce rapport à la terre. Alors en consacrant un temps pour réfléchir à notre rapport à l’environnement, on rétablit quelque chose de l’ordre de la trinité», explique Virgile Rochat, pasteur réformé lausannois.

«Nous consacrons, en particulier le premier dimanche de cette action à cette thématique», explique Virgile Rochat qui abordera cette question lors de deux célébrations œcuméniques, l’une lors de la fête de quartier de Chailly, dimanche matin et l’autre dimanche soir, à l’occasion de la célébration mensuelle de la Communauté des Églises chrétiennes dans le Canton de Vaud à la cathédrale. «Mais tout au long de l’année, chaque fois que l’Évangile m’y appelle, j’évoque cette question dans mes prédications», explique le pasteur. «Cela me semble être une évidence que, quelles que soient nos convictions, il nous faut préserver l’environnement dont on fait partie. Et d’un point de vue chrétien, il me semble que l’on ne peut pas accepter de vivre en laissant une telle dette à nos enfants qu’ils ne pourront jamais la payer.»

Les paroisses participant au Temps pour la Création peuvent profiter du dossier théologique développé par l’association œco Église et environnement. Cette dernière a débuté un cycle mettant en avant chaque année l’un des cinq sens dans ses réflexions pour cette période. Cette année le thème de la célébration sera donc «À fleur de peau: le toucher». Œco invite aussi les paroisses à prendre des mesures leur permettant d’économiser des ressources et à favoriser la biodiversité.