Les jeunesses protestantes investissent le plus grand salon de jeux vidéo d’Europe

CC (by-sa) Sergey Galyonkin
i
Titanfall robot at Gamescom 2013
CC (by-sa) Sergey Galyonkin

Les jeunesses protestantes investissent le plus grand salon de jeux vidéo d’Europe

Jana Hofmann, EPD/Protestinter
31 août 2018
Prouver que l’Église aussi peut être cool, c’est un des objectifs des Jeunesses protestantes de Cologne, en Allemagne. Pour y parvenir, elles tiennent un stand à la Gamescon, un salon international de jeux vidéo.

Cologne - Les jeunesses protestantes en sont convaincues: la Gamescom, premier salon de jeux vidéo d’Europe, représente une vraie opportunité de combattre les préjugés envers les institutions religieuses. «Nous en tirons parti pour prouver que l’Église aussi peut être cool», a déclaré Daniel Drewes, responsable de la formation des jeunes au sein des Jeunesses protestantes de Cologne et de sa région, s’entretenant avec le Service de presse protestant (EPD) à la veille de l’événement. Du 21 au 25 août, 1000 exposants venus de 50 pays se sont retrouvés dans la ville de l’ouest de l’Allemagne. Et les jeunes protestants ont investi le terrain.

«L’Église peut aussi être proche des jeunes générations», affirme Daniel Drewes. Les Jeunesses protestantes souhaitent s’impliquer dans les manifestations régionales les plus importantes pour leur tranche d’âge, dont ce rassemblement, point de ralliement à portée internationale pour l’industrie du divertissement interactif. C’est déjà la cinquième fois que l’organisation religieuse y sera représentée. Pour nombre de visiteurs, sa présence est devenue partie intégrante de la manifestation, explique son représentant.

250 bénévoles

Au total, quatre jeunes employés et 250 bénévoles présenteront divers jeux sur un stand de 500 m². «Nous comptons parmi les rares exposants à miser vraiment sur une activité physique, permettant ainsi aux visiteurs de se défouler.» Avec le jeu du tir à l’élastique, par exemple. Les participants doivent courir sur un couloir de 12 mètres de long, alors qu’un élastique les retient.

Selon leur représentant, les bénévoles sont ravis de pouvoir accéder à l’arrière du décor et explorer le salon une fois leurs heures de travail terminées. Pour eux, se glisser dans la peau d’un exposant est une expérience passionnante. Cela leur permet, entre autres, d’entrer en contact avec des personnes de leur âge venues de toute l’Allemagne. D’après Daniel Drewes, le salon est aussi une occasion de repérer les nouveaux jeux vidéo les plus susceptibles de l’intéresser.