L’Église réformée neuchâteloise ouverte à des projets novateurs

DR
i
Le synode de l'EREN du 4 décembre s'est tenu à Montmirail (La Tène).
DR

L’Église réformée neuchâteloise ouverte à des projets novateurs

6 décembre 2019
IMPULSIONS
Réunis mercredi 4 décembre à Montmirail, les délégués au Synode de l’Église réformée neuchâteloise ont marqué leur volonté de développer des idées nouvelles tout en limitant les déficits budgétaires.

Les difficultés financières ne doivent pas être un frein à la mise sur pied de projets innovants destinés à dynamiser la vie de l’Église et à répondre aux besoins de la société. Voilà en partie, ce qui est ressorti des débats des délégués au Synode de l’Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel (EREN). Cet appel fait écho au processus EREN 2023, réflexion fondamentale sur les missions et la structure de l’Église pour les dix à vingt prochaines années.

Pistes prometteuses

Même si une majorité des délégués restent dans le flou quant à la concrétisation de nouvelles idées, des impulsions ont déjà vu le jour. «Les projets sont là! J’ai participé à des soirées discussions "Jeudredi" autour d’un verre à la paroisse des Hautes-Joux ou encore vécu un spectacle de Noël à la déchetterie du Val-de-Travers. Dans celle de l’Entre-2-Lacs, on s’intéresse aux enjeux climatiques, une formation pour devenir Église de témoins est proposée, de nombreuses paroisses participent également aux fêtes de villages et autres activités communales», a tenu à préciser le pasteur du Val-de-Travers David Allisson.

Limiter les pertes

Le rapport de la Commission synodale chargée d’accompagner le Conseil synodal sur le difficile chemin en vue d’un rétablissement d’un équilibre des comptes pour l’exercice 2022 était attendu par l’assemblée. Son analyse démontre que les mesures de réduction déjà prises ces dernières années ont permis de maintenir à flot l’institution, mais ne suffisent pas. Des changements plus conséquents devront être opérés afin de limiter les pertes. Changements qui devront être pris en compte dans le projet EREN 2023.

La Commission a toutefois émis l’hypothèse qu’un déficit acceptable d’environ 300'000 francs annuels serait supportable afin de ne pas péjorer les activités de l’EREN et de ne pas nuire à l’élaboration de nouveaux projets. La diminution des charges salariales, qui représentent 80% des charges d’exploitation, serait difficile car il semble que l’effectif a déjà atteint sa limite sous la forme actuelle. La vente ou la mise en hypothèque du patrimoine immobilier est également envisageable. A ce propos, plusieurs délégués ont émis le souhait de ne pas brader ce patrimoine et de l’utiliser pour des projets concrets et pas simplement pour renflouer les comptes. Pour 2020, le Synode a accepté un budget qui comporte un déficit de 600'000 francs sur une somme globale de 8'225'900 francs.

Le Synode en bref

Les délégués ont également pu prendre connaissance du rapport sur la politique d’asile pour les années 2019-2023. Un dossier en constante évolution dans lequel l’EREN a réussi à répondre au mieux avec un poste d’aumônier soutenu en partie par la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS). Un «portrait» commun de l’aumônerie du centre de Perreux vient juste d’être signé par les trois Églises reconnues.

Un rapport sur la présence de l’Église auprès des personnes âgées résidentes en EMS ainsi qu’un autre sur les cibles Terre nouvelle étaient également à l’ordre du jour.

Suite à la prise de position favorable de la FEPS sur le mariage pour tous, les questions relatives à la bénédiction des couples de même sexe devront être reprises.

Actuellement, l’EREN n’offre de bénédiction qu’aux couples mariés civilement. En cas d’acceptation au niveau fédéral, la cérémonie pourrait être élargie avec d’éventuelles adaptations.

Le Conseil synodal au complet

L’exécutif de l’EREN s’est renforcé de la présence de Anne Kaufmann qui rejoint les rangs du Conseil synodal. Celui-ci est désormais au complet avec sept membres. Organiste de formation, la nouvelle conseillère synodale est une femme engagée. Elle a été conseillère communale à Corcelles-Cormondrèche et est fortement investie dans le parti socialiste. Elle a également à son actif la mise sur pied de nombreuses activités culturelles, dont plusieurs liées à la visibilité des Bibliothèques.

Vers la fin du magazine TV Passerelles

Suite au retrait de l’Église catholique-romaine au financement du magazine des Églises Passerelles sur la chaîne de télévision locale Canal Alpha, les Églises se voient contraintes de mettre fin aux émissions sous leurs formes actuelles. Une réflexion sur une poursuite de collaboration avec le média local va être amorcée en lien avec l’Église catholique-chrétienne, qui faisait également partie du projet.