Églises unies à la braderie biennoise

DR
i
Des sonorités de djembé invitent à venir à la rencontre des Eglises africaines issues de la migration au stand de la braderie. Ici en 2018.
DR

Églises unies à la braderie biennoise

INTÉGRATION
Les Églises issues de la migration, l’Église méthodiste et les paroisses réformées de Bienne tiendront un stand commun lors de la braderie de Bienne, le week-end du 28 au 30 juin.

Depuis 2016, les personnes qui déambulent à travers les rues biennoises lors de la braderie peuvent être interpellées par des sonorités de djembé et de chants africains. Une fois qu’elles sont arrivées au stand, pas de mojito ou de poulet Directeur Général (célèbre plat camerounais), mais une distribution de bibles et un espace de dialogue pour parler de la foi en toute simplicité.

« Cela permet aux Églises issues de la migration de se faire connaître et d’être partie prenante de la société. Un stand commun avec les paroisses réformées permet aussi de montrer que les Églises locales se soucient de la problématique de la migration », précise Luc N. Ramoni, pasteur de la paroisse réformée française de Bienne.

Chercher le contact

Plus d’une quinzaine d’Églises africaines participent à cet événement festif. « Il est très important pour nous d’avoir des contacts avec les autres et de ne pas rester entre étrangers », souligne Koffi Owoussi, membre de l’Église du Ministère évangélique des disciples de Christ. Composée d’une trentaine de membres, son Église accueille des personnes originaires du Togo, du Brésil, des Antilles, du Cameroun et de Suisse.

Pour lui, l’importance du dialogue est primordiale. « Le corps du Christ est un, même s’il a plusieurs membres », ajoute-t-il en se basant sur un texte de la première épître aux Corinthiens.

Créer des ponts

Le projet fait partie d’une démarche plus globale intitulée « Être Église Ensemble » lancée il y a plus de dix ans. Cette dernière a pour but de créer des liens entre Églises locales et Églises issues de la migration afin de favoriser l’intégration.

« Pour l’instant, nous collaborons principalement avec des Églises africaines, très nombreuses en ville de Bienne », ajoute Barbara Heer, coordinatrice du Forum des questions actuelles, le centre de formation et de dialogue de la paroisse réformée alémanique de Bienne. Dans un futur proche, elle souhaite élargir le dialogue avec d’autres communautés issues d’Amérique du Sud et d’Asie.

Limiter le prosélytisme

Le comité de la braderie de Bienne a toutefois donné quelques restrictions aux organisateurs. « Les activités du stand ne doivent pas être invasives, elles doivent respecter un volume acceptable », ajoute Barbara Heer. Pas question donc de partir dans un prêche sur la place publique. Chaque personne doit se sentir libre de s’arrêter si elle le souhaite pour écouter ou échanger.

Des bénévoles sont encore recherchés pour venir donner un coup de main au stand, servir des boissons ou simplement venir vivre un moment de partage avec la population et les différentes Églises présentes.

Stand à la braderie biennoise

Ve 28 au di 30 juin, rue de la Gare, Bienne. Infos et annonce pour un coup de main : Luc N. Ramoni, 079 689 68 47, ln.ramoni @ icloud.com.