La Cène à la maison

i
Le temps d'un verre © Istock

La Cène à la maison

26 février 2018
Certaines paroisses réformées proposent la cène à domicile. Une pratique qui permet aux personnes dans l’incapacité de se déplacer de communier avec la communauté.

«Dans l’Église chrétienne, le fait d’aller apporter du pain et du vin aux absents après la célébration communautaire est attesté depuis le IIe siècle. Il s’agit de maintenir le lien et la communion avec les personnes qui ne peuvent se déplacer au culte et d’éviter que les personnes isolées ou malades soient privées du sacrement», explique Olivier Favrod, responsable du Service vie communautaire et culturelle de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV). Certaines paroisses réformées, comme celle du Sud-Ouest lausannois ou d’Yverdon-Temple, célèbrent ce sacrement à domicile. «À ma connaissance, à part le rattachement clair de la cène au culte, il n’y a pas de directives spécifiques. C’est une démarche décrite depuis longtemps dans nos livres de liturgie et pour laquelle des laïcs sont souvent sollicités», ajoute le pasteur.

Mais qui demande la cène à domicile? «Des personnes âgées ou malades pour la plupart, dans l’incapacité de se rendre à l’Église», précise Christine Jaques, fidèle laïque de la paroisse du Sud-Ouest lausannois qui s’occupe de ce service depuis une dizaine d’années. Cette paroisse propose la cène à domicile trois à quatre fois par année. La dernière a eu lieu le dimanche 25 février, juste après le culte. «Nous rendons visite aux paroissiens qui le souhaitent. Avec le temps, j'ai constitué une liste de personnes intéressées. Parfois, elles me contactent elles-mêmes, mais en général c’est moi qui les appelle, car certaines craignent de nous déranger», ajoute la cinquantenaire.

Un rituel à domicile

Un rituel spécifique a été développé pour ce moment de communion. «Nous suivons différentes petites liturgies en fonction de la période de l’année. Nous apportons du pain et du vin dans une jolie boite en bois contenant notre matériel pour la cène. Nous demandons également à la personne s’il se passe quelque chose de particulier dans sa vie afin de pouvoir le remettre dans la prière. Nous nous rendons chez des particuliers, mais aussi auprès de résidents de la Fondation Clémence». Cette pratique semble toutefois ne pas rencontrer un intérêt identique dans les différentes régions. «Nous proposons ce service, mais il n’y a presque pas de demande», constate Étienne Guilloud, pasteur de la paroisse du Pied du Jura.

Du côté catholique, l’eucharistie à domicile reste une exception. «La paroisse de Vallorbe la propose à Vaulion parce qu’il n’y a pas de lieu de culte, mais c’est plutôt rare. Par contre, toutes les paroisses offrent la possibilité de communion à domicile», explique Olivier Schöpfer, chargé de communication de l’Église catholique dans le canton de Vaud, qui précise que contrairement à l’eucharistie, la communion ne comporte pas l’intégralité de la liturgie de la messe.