«Les intellectuels chrétiens ont choisi de disparaître»

i
[pas de légende]

«Les intellectuels chrétiens ont choisi de disparaître»

3 août 2017
Disparition
Bien que les intellectuels chrétiens ne sont plus des personnages publics, la tradition de réflexion chrétienne est encore bien vivante.

En 1947 et 1948, les intellectuels chrétiens C. S. Lewis et Karl Paul Reinhold Niebuhr ont fait la couverture de l’hebdomadaire américain, le Time. Depuis, les commentateurs ont déploré la disparition de ce genre de figures. D’importants changements sociaux sous-tendent cet apparent déclin: l’accroissement du pluralisme, la sécularisation, l’affaiblissement mondial de l’hégémonie protestante et le prétendu triomphe de la science sur la foi comme meilleur moyen de comprendre le monde moderne.

Dans le numéro de septembre du magazine Harper’s, le professeur de l’Université Baylor, Alan Jacobs, explique pourquoi les penseurs chrétiens ne sont pas considérés comme des voix qui font autorité dans les débats publics. Les évangéliques conservateurs accusent une élite hostile qui les exclurait d’avoir une influence culturelle. Les protestants historiques parlent d’une transition qui a lieu depuis plusieurs décennies passant du visage public de la religion américaine à juste un visage dans la foule.

Dans son essai très fin, Alan Jacobs argumente que la disparition des intellectuels chrétiens «n’est pas une histoire de marginalisation de force ou de rejet public. Les intellectuels chrétiens ont choisi de disparaître». Mais la vérité est que la tradition intellectuelle chrétienne est bien en vie. Ceux qui veulent se pencher sur les éternelles questions de sens et de valeurs dans une perspective rationnelle et de foi chrétienne ont des possibilités infinies. Dans tous les courants du christianisme américain, les croyants nourrissent leur foi grâce à la lecture, l’écriture, la dévotion et le service.

Penser plus largement à la religion

Le théologien d’Harvard, Ronald Thiemann, qui est décédé en 2012, s'est distancé des idées de Karl Paul Reinhold Niebuhr,en cherchant à penser plus largement la religion et les questions de société. Pour lui, Les hommes et les femmes modernes continuent de percevoir des valeurs sacrées, même en dehors des frontières des institutions historiques chrétiennes. 

Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des communautés religieuses, la vigueur des éditions chrétiennes et la démocratisation de l’information grâce à internet offrent un large accès aux penseurs chrétiens qui sont des intellectuels, sinon des savants. C’est vrai que les plus célèbres chrétiens – les pasteurs des méga-églises, les évangélistes et les auteurs de best-sellers comme Rick Warren, Billy Graham et Max Lucado – n’écrivent pas des ouvrages intellectuels ou académiques. Mais des croyants de tout genre peuvent trouver des exemplaires d’intellectuels chrétiens dans toutes les traditions.

On dit que la religion américaine s’étend sur 3000 miles, mais n’a qu’un pouce de profondeur. Il y a un solide courant anti-intellectuel qui traverse le christianisme dans ce pays et l’idée que le public a réclamé des déclarations d’intellectuels comme C. S. Lewis et Reinhold Niebuhr est certainement une exception historique, si encore elle est vraie.

Les chrétiens américains, en particulier dans les traditions les plus populaires, ont regardé avec suspicion les coreligionnaires très instruits ayant des liens avec les institutions d’élite. De l’éviction des unitariens et des libéraux du 19e siècle qui ont réconcilié le christianisme et la science à l’étreinte actuelle entre les anti-intellectuels et les figures religieuses, les chrétiens pourraient bénéficier d’un engagement plus rigoureux avec la foi, même s’ils y résistent.

Bien sûr, les chrétiens vénèrent des intellectuels comme Saint-Augustin, Thomas d’Aquin, Luther, Calvin et Wesley. Mais, rappelez-vous que Jésus, par lequel Dieu a réconcilié le monde avec lui-même, était fondamentalement un profane. La figure centrale de l’histoire humaine ne détenait aucun diplôme d’études supérieures. Le christianisme, ensuite, offre une alternative à la foi mal placée dans la science, les progrès techniques qui ont marqué le 20e siècle et l’ont rendu mortifère – raison pour laquelle on attend des chrétiens qu’ils placent les intellectuels au premier rang.

Pas d’intellectuels chrétiens publics

Au lieu de cela, les conservateurs se sont rassemblés dans des institutions où ils ne seraient pas en concurrence avec des idées laïques, pendant que les libéraux ont essayé de se fondre parmi les élites académiques et culturelles, à la mode. Nous n’avons pas d’intellectuels publics chrétiens, mais nous n’en avons pas besoin. Avec l’érosion de l’autorité religieuse et l’augmentation inévitable du pluralisme, ni les présidents ni le public ne vont chercher les conseils des théologiens de sitôt.

Cela peut être une bénédiction déguisée. Les plus fortes voix chrétiennes actuellement proviennent presque toujours de ceux qui réfléchissent le moins. Et le succès populaire dépend plus de l’autopromotion, de l’image et de l’esprit d’entreprise que de se conforter aux standards d’excellence largement reconnus.

Il peut être réconfortant de rappeler une époque où des publications sans grandes prétentions comme le Time et le Reader Digest pouvaient assumer un certain niveau d’intérêt religieux et littéraire. Mais un mouvement qui mesure le temps depuis des millénaires ne devrait pas être troublé par le fait que ses principaux penseurs ne sont plus sur les couvertures de magazine depuis plusieurs décennies.Les chrétiens avec leurs dons intellectuels vont aider leurs frères et sœurs à réfléchir aux grandes questions et aux défis de leur, peut-être jusqu’à la fin des temps.