Le clergé africain pousse les pharmas à développer des médicaments pour les enfants atteints du VIH

©Riccardo Lennart Niels Mayer/iStock
i
Pour les dirigeants religieux kenyans, il faut rendre les médicaments contre le VIH accessibles aux enfants.
©Riccardo Lennart Niels Mayer/iStock

Le clergé africain pousse les pharmas à développer des médicaments pour les enfants atteints du VIH

22 novembre 2018
Au Kenya, les dirigeants chrétiens et musulmans et des représentants gouvernementaux appellent les compagnies pharmaceutiques mondiales à fabriquer plus de médicaments adaptés aux enfants atteints du VIH et de la tuberculose.

Alors qu'ils s'engagent à ouvrir des églises et des mosquées aux enfants atteints du VIH et de la tuberculose, les dirigeants chrétiens et musulmans du Kenya ont exhorté, mardi 20 novembre, les entreprises pharmaceutiques mondiales à fabriquer davantage de médicaments qui soient adaptés aux enfants. L'appel a été lancé à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance, instituée par les Nations Unies en 1954 pour sensibiliser la communauté internationale aux problèmes de l'enfance dans le monde entier et améliorer leur bien-être.

Des chefs religieux, des responsables gouvernementaux et des militants se sont réunis avec des groupes d'enfants de tout le Kenya pour se concentrer sur le traitement pédiatrique du VIH et de la tuberculose, le diagnostic et le soutien général aux enfants. «Les médicaments pour enfants sont nécessaires de toute urgence, je dirais, mais nous sommes heureux de voir que certaines entreprises commencent à fabriquer ces médicaments. C'est encourageant. Nous exhortons les entreprises qui n'ont pas encore commencé à le faire à le faire», a déclaré l'évêque pentecôtiste John Warari Wakabu, président national du Kenya Christian Forum, à Religion News Service lors d'une procession à Nairobi. Sheikh Ali Juma, un dirigeant musulman du sud-ouest du Kenya, a renforcé ce point de vue, affirmant que les entreprises devraient aider les enfants à réaliser leur droit d'accès à des médicaments sûrs et abordables. «Il y a déjà quelques comprimés, mais certains sont difficiles à prendre. La formulation du sirop serait très efficace», a déclaré Sheikh Ali Juma.

Urgence mondiale

Selon le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida, 2,1 millions d'enfants vivaient avec le VIH à la fin de 2017, nés de mères séropositives ou infectés pendant l'accouchement ou l'allaitement. En 2017, l'Organisation mondiale de la Santé a estimé qu'un million d'enfants sont tombés malades de la tuberculose et 230 000 enfants en sont morts, y compris ceux atteints de tuberculose associée au VIH.

Des médicaments «appétissants», abordables et faciles à avaler pour les enfants pourraient renverser la situation, affirment les chefs religieux. Le pape François a récemment exhorté les compagnies pharmaceutiques à développer des formulations qui conviennent aux enfants. «Les ministères de la Santé et les organismes de réglementation doivent assurer l'enregistrement rapide des médicaments approuvés par l'OMS pour les enfants», ont déclaré les dirigeants kenyans dans une déclaration. Les chefs religieux ont dit avoir été inspirés par la résilience des enfants, qui ont écrit des lettres au clergé, aux hauts fonctionnaires du gouvernement et aux politiciens à la recherche d'une solution à leurs problèmes, qui ont répondu qu'il fallait trop de temps pour mettre en place des diagnostics et des pharmacothérapies modernes.

Lutter contre la désinformation

Les membres du clergé se consacrent également à lutter contre la désinformation sur le VIH et la tuberculose qui alimente la stigmatisation des personnes atteintes de ces maladies. Les enfants atteints du VIH et de la tuberculose sont accueillis, avec leurs parents, dans les lieux de culte. Les responsables religieux prévoient de faire de l'acceptation des jeunes malades du VIH et de la tuberculose le sujet des sermons. «Nous avons besoin d'espaces sûrs dans les églises et les mosquées, car elles sont censées être des lieux de refuge», a déclaré la Révérende Jane Ng'ang'a, coordinatrice de la section kenyane du Réseau international des responsables religieux vivant avec ou personnellement affectés par le VIH et le SIDA. «Nous en avons eu qui se sont concentrés sur le côté spirituel. Nous ne nous sommes pas concentrés sur l'aspect social.»

Le cheikh Yusuf Nasur Abuhamza, un dirigeant musulman du bidonville de Kibera à Nairobi, a déclaré que les imams condamnaient souvent ceux qui étaient séropositifs, mais maintenant la communauté islamique espère les autonomiser. «Nous disons que le VIH ou la tuberculose est une maladie comme une autre. Nous prêchons aux communautés sur la manière de s'intégrer et de vivre en bons voisins», a dit le cheikh Yusuf Nasur Abuhamza. Pendant ce temps, les dirigeants affirment que la guérison par la foi reste un défi dans la gestion du VIH et de la tuberculose chez les enfants, allant jusqu’à prescrire pour certains des prières comme alternative aux médicaments. «Nous croyons au pouvoir de la prière», a affirmé John Warari Wakabu, l'évêque pentecôtiste», mais ce n'est pas un substitut aux médicaments.