Que sait-on des communautés chrétiennes au Sri Lanka?

Pixabay
i
Le pic d'Adam, l'un des sommets les plus importants du Sri Lanka, est considéré comme un lieu de pèlerinage tant par les hindous shivaïtes, les bouddhistes, les musulmans et les chrétiens.
Pixabay

Que sait-on des communautés chrétiennes au Sri Lanka?

EPD
23 avril 2019
Le christianisme a une longue tradition dans la majorité bouddhiste du pays. Mais le climat est de plus en plus tendu entre les diverses religions.

Dubaï/Colombo La petite sculpture de Jésus sur l'autel a la main gauche levée vers le ciel. Des éclaboussures de sang sur la statue en bois témoignent de l'acte d'horreur commis dans l'église Saint-Sébastien de Negombo. Plus de 1000 croyants se sont rassemblés ici dimanche pour la messe de Pâques – au moins 70 d'entre eux sont morts.

Des survivants au Sri Lanka décrivent dans les médias qu'ils ont vu le kamikaze venir à l'église. Il portait un grand sac et n'est apparu qu'à la fin de la messe. Dans la série d'attaques contre des églises et des hôtels au Sri Lanka, au moins 290 personnes ont été tuées et environ 500 autres blessées. Les cruelles attaques contre la plus haute fête du calendrier chrétien ont durement frappé la communauté chrétienne du Sri Lanka.

«C'est un jour très, très triste pour nous tous», exprime Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo. Moins de huit pour cent des quelque 20 millions d'insulaires professent la foi chrétienne. La plupart d'entre eux sont catholiques et vivent à Colombo et Negombo, une station balnéaire pittoresque située à 35 kilomètres au nord de la capitale.

Au cœur de la guerre civile

Le Sri Lanka est principalement bouddhiste, mais le christianisme a une longue tradition sur l'île. La guerre civile de vingt-cinq ans entre les séparatistes tamouls et le gouvernement, qui a coûté la vie à environ 100 000 personnes, a frappé particulièrement durement la communauté chrétienne. Au moins dix prêtres ont été tués pendant le conflit, d'autres ont été blessés.

Pendant la guerre, l'Église s'est engagée en faveur de la réconciliation.

La population tamoule du Sri Lanka est composée à 80 % d'hindous et à 20% de chrétiens. Pendant la guerre, l'Église s'est engagée en faveur de la réconciliation: pendant le «juillet noir» de 1983, lorsque les pogroms et les troubles anti-tamouls ont secoué l'île, des centaines de Tamouls ont été tués et environ 150’000 Tamouls ont perdu leurs maisons: les Églises ont alors ouvert leurs portes aux familles dans le besoin.

Même après la fin de la guerre civile en 2009, les chrétiens ont continué à faire avancer le processus de réconciliation entre les Cinghalais et les Tamouls, les deux principaux groupes ethniques du pays, en particulier dans le nord du pays, qui a été durement touché par la guerre. Les Églises ont organisé des échanges entre les familles tamoules et cinghalaises pour guérir les blessures de la guerre.

Persécution bouddhiste

Mais après la fin de la guerre civile, le climat autrefois tolérant du Sri Lanka avait changé. C'est ce que ressent également la communauté chrétienne. La discrimination, la violence et les menaces font de plus en plus partie de la vie quotidienne. Les services religieux sont perturbés. Il y a quelques semaines, dans une banlieue de Colombo, un moine bouddhiste s'est précipité avec d'autres personnes au milieu d’un culte et frappé le pasteur avec la branche d'un cocotier. Le groupe a détruit les instruments de musique de l'Église et battu des fidèles qui priaient.

Mais les chrétiens ne sont pas les seuls à être la cible d'attaques religieuses. La communauté musulmane du Sri Lanka est également de plus en plus persécutée. En 2013, une foule a attaqué une mosquée à Colombo. Un groupe de réfugiés musulmans rohingyas a dû être mis en sécurité à Colombo en 2017 après qu'une foule en colère, dirigée par des moines bouddhistes radicaux, eut pris d'assaut la maison où ils étaient logés. Sur Facebook, les agitateurs avaient annoncé que les réfugiés étaient des terroristes qui avaient tué un moine bouddhiste.

Mais les attentats du dimanche de Pâques éclipsent tout ce que l'île a connu ces dernières décennies en termes d'ampleur pour des attentats terroristes. Même pendant la guerre civile, il n'y a pas eu d'attaques contre les Églises ni d'attaques ciblées contre les touristes, comme l'attentat à la bombe contre quatre hôtels à Colombo dimanche. Agnes Tandler, EPD / Protestinfo