Apprendre le pluralisme avec Joseph et ses frères

Les élèves vaudois de 3e P découvrent le pluralisme religieux par les images. / ©Matthias Wirz
i
Les élèves vaudois de 3e P découvrent le pluralisme religieux par les images.
©Matthias Wirz

Apprendre le pluralisme avec Joseph et ses frères

Matthias Wirz
22 mars 2021
Multicolore
Recourant aux images et aux récits fondateurs, l’enseignement du fait religieux initie les jeunes Vaudois·e·s de 3e P au pluralisme. De manière ludique, chaque élève apprend à se situer tout en intégrant ses émotions.

La classe est divisée par groupes de trois ou quatre élèves, qui reçoivent une demi-douzaine d’images colorées, imprimées sur un support cartonné. «Cherchez le point commun qu’il y a sur les photos, et mettez-les dans l’ordre», leur demande l’enseignante Anne Morel Richard. Pour sa classe de 3e P (7 ans), c’est l’heure d’éthique et de cultures religieuses, ce mercredi matin de mars, dans l’établissement primaire de Beaulieu, à Lausanne. Et voilà les enfants plongés sur des reproductions d’édifices religieux pour les uns, de textes sacrés ou de moments rituels juifs, musulmans et chrétiens pour d’autres.

Penché autour d’une table, un groupe est à la peine. «C’est une étoile de David», reconnaît Boris (1). «Ici aussi!», indique Tamara. «Non, regarde, il y a un croissant de lune», rétorque le premier. Nicolas tente de les concilier: «Peut-être que ce n’est qu’une partie qui est représentée là…» Seule l’intervention de la maîtresse parvient à les départager. Un peu plus loin, en revanche, les élèves distinguent au premier coup d’oeil les textes sacrés de la Torah, du Coran ou de la Bible, par la différence de calligraphie et les symboles qui les ornent.

Symboles et appartenance

Après quelques minutes de cet exercice, les enfants mettent en commun les connaissances ainsi glanées. L’institutrice rappelle les acquis déjà assimilés lors de leçons précédentes. Sur la base des images, elle approfondit les pratiques et les symboles des trois monothéismes. Les élèves distinguent les éléments avec perspicacité, se souvenant des signes déjà rencontrés, rappelant des récits évoqués.

«Chaque élève vient d’un terreau social et religieux différent», commente Anne Morel Richard après la leçon. «Il est important qu’ils reconnaissent que leur pratique religieuse, ou leur absence de pratique, n’est pas la norme. Que d’autres croyances existent. L’approche davantage éthique que religieuse de ce cours permet d’ouvrir la parole, pour légitimer les diverses appartenances et pour que chaque enfant apprenne à se situer. » Elle sent ses élèves curieux et généreux: «Ils découvrent avec intérêt et respect les pratiques et les croyances des autres.»

La tunique de la jalousie

Sur cette base, la leçon d’Anne Morel Richard embraye alors sur le récit biblique de Joseph et ses frères, que l’on retrouve dans les textes fondateurs des trois religions abrahamiques. L’histoire à rebondissements du fils préféré de Jacob éveille les émotions des enfants, que l’enseignante stimule : la jalousie, la fierté, la peur, la colère… En racontant l’histoire de la tunique resplendissante et des songes du patriarche, elle les fait participer humainement à ses vicissitudes. Lesquelles sont transposées dans leur réalité, par le recours aussi aux images que la tradition a données du récit.

Car l’histoire de Joseph est précisément celle d’une cohabitation à apprendre, d’un accueil de la différence. «Ils sont emballés, et ils participent bien. Ils font des liens», remarque l’enseignante, qui se réjouit que ses élèves partagent ensuite l’histoire auprès de leurs proches.

«Un monde en couleurs»

L’outil didactique publié par les Éditions Agora en 2020 sert de support à l’enseignement du fait religieux pour les élèves vaudois de 3e P. Quatre modules sont répartis sur la quinzaine de leçons du programme: une introduction ouvrant à l’accueil de la différence de croyance et de pratique, un chapitre de base sur les trois religions monothéistes, puis un parcours culturel et humain autour des deux récits de la naissance de Jésus et du patriarche Joseph.

A écouter également

A voir également